Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 10:30

Au lendemain du premier tour des élections régionales, la famille Le Pen peut compter ses sous avec un large sourire. Elle est grassement payée en voix par les électeurs du FN qui rassemblent tout ce que la France peut compter de xénophobes, de racistes de toutes obédiences, de naïfs politiques, de nostalgiques du pétainisme et de l’Algérie Française, de trouillards et de collabos de tous poils, prêts à désigner l’autre comme responsable de leurs propres malheurs et donc à le sacrifier sur l’autel de leurs propres intérêts. Cet autre, c’est évidemment aujourd’hui l’étranger, le musulman, le monde politique dans son ensemble, l’Europe, et demain, pourquoi pas, le voisin de palier ! Le FN s’est enrichi de la peur de l’autre, peur qu’il a instillée depuis des années dans l’électorat des gogos et il en touche aujourd’hui le salaire. C’est d’autant plus dramatique que comme dans le film de Clouzot, l’absence totale de propositions et de programme économique et social crédible du FN fait que l’arrivée dans l’antichambre du pouvoir de cette bande d’incompétents manipulateurs est pour le pays, un explosif aussi efficace que la nitroglycérine du camion d’Yves Montant.

Si par malheur, certaines régions tombent sous la férule du FN, la culture, le monde associatif et les médias locaux seront les premières victimes expiatoires de la haine que professe ce parti. Les acteurs économiques de ces régions pourront eux aussi tout redouter de la nullité affligeante des deux héritières de la famille Le Pen en matière d’économie. On imagine avec honte et tristesse le regard que poseront les autres pays européens sur la manière dont seraient administrées deux des plus grandes régions de France…

Tout faire, donc, pendant qu’il est encore temps, pour faire échec à cette catastrophe que peut être la prise du pouvoir des régions par le FN. Le PS l’a décidé en retirant ses listes dans 3 régions (ce n’est pas encore certain en Alsace à l’heure où j’écris) et on ne peut que constater que la gauche dans son ensemble a un comportement républicain et responsable. On pourra objecter avec raison que le sacrifice du PS n’est pas si énorme que cela puisque les résultats du premier tour ne lui laissaient en cas de maintien, que peu de chances d’occuper d’autres sièges que de petits strapontins dans certaines régions. Mais il n’en reste pas moins que sans cette décision et c’est le plus important, le FN était certain de gagner au second tour.

Monsieur Sarkozy n’a pas la même approche puisqu’il veut maintenir ses listes dans tous les cas de figure, sachant que dans certaines régions, cela conduit mathématiquement à la victoire du FN. Ce faisant, il ne prend pas le risque d’une victoire du FN mais il lui donne ainsi ostensiblement les clés de la région. Tout cela selon lui, pour ne pas renoncer à nos propres valeurs !!! Quand j’entends Sarkozy prononcer le mot « valeur », je sors mon mouchoir pour cacher mon envie de pleurer ou le fou-rire qui me gagne. Qu’est-ce que le mot valeur peut signifier pour celui qui triche aux élections, qui contourne les règles républicaines à son profit, qui tente d’enrichir son ami Tapie en mettant en œuvre une procédure d’arbitrage pour faire échec à l’action de la Justice ? Qu’est-ce que le mot valeur signifie pour un tel homme qui préfère donner des régions au FN plutôt que de les voir administrées par la gauche, voire par une union de la gauche et de la droite républicaine ?

La triste et sordide vérité, c’est que Monsieur Sarkozy n’a ici pour seule valeur que son intérêt personnel, à savoir, gagner la primaire des Répus et pour cela, il faut que cette primaire soit ouverte… du côté de l’extrême-droite qui n’hésitera pas à le favoriser pour contrer au maximum la candidature de Juppé. Parce que Monsieur Sarkozy fait le pari de croire qu’en cas de deuxième tour seul en face de Marine Le Pen, il remporterait la victoire, espérant ainsi percevoir à son tour le salaire de la peur des extrêmes…

La valeur cynisme, à coup sûr, il sait la pratiquer, celle-là !

dr

Partager cet article

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article

commentaires

Michel Lachartre 07/12/2015 14:03

Entre la honte, la colère, la peur, l'envie de pleurer, on a de quoi nourrir beaucoup de ces passions négatives dont parlaient Spinoza ou Alain. Ce à quoi on est en train d'assister est le résultat du reniement des valeurs de gauche par ceux qui ont été élus pour les porter d'une part, et d'autre part du travail de sape sournoisement orchestré par des théoriciens de la pire engeance comme ce Dominique Martin, membre du bureau politique du FN dont les propos sont édifiants : https://www.youtube.com/watch?v=C7qc9Uv7R-g&feature=youtu.be Vidéo à faire tourner largement, en espérant que les gens comprennent.

Présentation

  • : LA HUNE
  • LA HUNE
  • : humeurs, bonnes ou mauvaises, mais à consommer sans modération!
  • Contact

Profil

  • lahune

Abonnement

Abonnez vous en cliquant sur l'espace "Abonnement" situé en bas à droite

Faites connaître à voscontacts et invitez les à nous rejoindre

Recherche

La Hune, pourquoi ?

La hune, sur les anciens navires, c’était la petite plate-forme située en haut du mât sur laquelle on envoyait un matelot pour surveiller la mer, les autres bateaux, voir s’il y avait des récifs… aujourd’hui, alors que les nuages de la crise économique ne cessent d’inquiéter, alors que celui qui a été élu capitaine du vaisseau « France » et ses courtisans semblent plus doués pour faire du vent plutôt que de s’occuper à rendre un peu moins pénibles les conditions dans lesquelles rame un équipage qui pourtant, avait souhaité atteindre de nouveaux horizons… disposer d’une modeste hune supplémentaire ne saurait faire de mal ; c’est la petite finalité d’un ènième blog comme celui-ci.

 

La hune, c’est aussi la « une » des journaux écrits, radios et télévisions, avec un « h » en plus… un h, parfois peut être aussi une hache, non pour pourfendre les journalistes qui dans leur ensemble font leur travail avec beaucoup de conscience, mais de temps en temps, pour rappeler que la médiatisation outrancière de l’information, sa mise en scène à grands coups de paillettes au mépris de règles élémentaires de ce qui doit être prioritaire, doivent être dénoncées comme la vigie le faisait du haut de la hune pour indiquer un danger.

 

Enfin, dans la pénombre dans laquelle nous tentons de nous diriger, on peut caresser le rêve que grâce à tous ceux qui apporteront leur contribution, la hune sera là de temps en temps pour donner un peu plus de clarté « hunaire » au milieu de la nuit dans laquelle voudraient nous laisser dormir des femmes et des hommes politiques de tous bords…

 

A vos plumes, mille sabords !

Bonnes Feuilles ...

Catégories

Les Copains D'abord