Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2016 7 30 /10 /octobre /2016 13:49

Le lecteur se moque totalement de mon itinéraire personnel et il aura bien raison. Simplement, qu’il sache que depuis près de 50 ans que j’utilise un bulletin de vote à chaque élection, qu’elle soit départementale, régionale, législative, présidentielle ou européenne, ce bulletin a toujours été étiqueté à gauche (exception faite de l’affrontement de 2002 entre Chirac et Le Pen).

Tout ça pour dire en premier lieu que je ne pense pas avoir trop souvent retourné ma veste ni ma blouse d’écolier en politique, depuis l’école maternelle.

Alors, quand je dis à mes amis que j’ai l’intention d’aller voter à la primaire de droite pour m’opposer à ce que Sarkozy puisse à nouveau être candidat et se retrouver au deuxième tour opposé à la candidate du FN, tous ne partagent pas ma position. Je comprends leurs arguments mais j’ai du mal à les accepter, pour beaucoup de raisons.

On me permettra de balayer d’un revers rapide l’argument Mélenchonesque selon lequel il ne serait pas « honnête » pour un électeur de gauche de s’immiscer dans un scrutin réservé à la droite. Outre que les leçons d’honnêteté politique me paraissent quelque peu déplacées, venant d’un responsable dont la stratégie personnelle de conquête du pouvoir continue à s’inspirer de méthodes trotskystes bien assimilées dans sa jeunesse, je ne vois pas en quoi il existerait un ordre moral de gauche qui m’interdirait d’exécuter lors de la primaire de droite, le geste que la plupart des électeurs dits « de gauche » accompliront eux aussi au deuxième tour de la présidentielle quand ils seront, comme moi, confrontés au dilemme, soit voter à droite, soit laisser élire Madame Le Pen. En d’autres termes, si comme cela semble se profiler, je n’ai le choix qu’entre une Le Pen et un candidat issu des primaires de la droite et du centre, et comme dans cette hypothèse, j’ai bien l’intention de faire barrage à la candidate FN en contribuant à faire élire celui ou celle qui lui sera opposée, qu’on me laisse au moins cette liberté d’éliminer dès maintenant Sarkozy de la compétition. Et à ceux qui me disent aujourd’hui que choisir le candidat de la droite et du centre, « ce n’est pas leur problème », j’ai envie de leur dire, ne soyez pas des autruches car demain, ce sera votre problème… et vous ne serez peut-être pas trop mécontents que d’autre aient fait leur part de sale boulot en allant éliminer Sarko quand il était encore temps…

Bien entendu, je dénie totalement à messieurs Sarkozy, Ciotti et consorts le droit de me qualifier de « traître » à mon propre camp. Les leçons de morale assénées par une bande de tricheurs sont mal venues et n’ont pour objet que de culpabiliser et donc de dissuader des gens comme moi d’aller voter à ces primaires. Etonnamment, ce reproche n’est pas fait avec la même vigueur aux militants FN qui s’apprêtent à se déplacer assez nombreux semble-t-il, pour tenter de faire passer Sarkozy devant les autres candidats, de telle sorte que se réalise l’hypothèse d’un second tour opposant ce dernier à Le Pen, ce qui serait évidemment la configuration la plus intéressante pour porter la blonde au pouvoir.

Je suis d’autant plus à l’aise par rapport à ces primaires de la droite et du centre que je serais bien incapable à ce jour de choisir parmi les candidats déclarés dits de gauche ! Voter pour Mélenchon ? Impossible, non seulement à cause de ses positions opportunistes, voire, démagogiques, mais parce qu’il n’a aucun programme crédible, se contentant de promesses populistes qu’il serait bien incapable de tenir. Je n’ai aucune envie que la France devienne le Venezuela de l’Europe. Choisir un « frondeur » ? Je ne tiens pas en haute estime des élus ou des ministres qui sous couvert d’orthodoxie de gauche n’ont eu de cesse de critiquer l’action du gouvernement (ce que je peux admettre), mais sans proposer d’alternatives crédibles (ce que je n’accepte pas) et qui en définitive se comportent en déserteurs.

Je sais que parmi mes amis dont la sincérité et l’attachement aux valeurs républicaines ne peut être mise en doute, certains reculent à l’idée de signer la charte soutenant les valeurs républicaines de la droite et du centre. Sans vouloir être trop cruel avec eux, j’ai cependant envie de leur demander si ces « valeurs » républicaines sont vraiment les mêmes selon Sarkozy, Poisson ou Juppé. Manifestement non. Il y a un réel enfumage à vouloir nous faire croire que les candidats déclinent ces valeurs à l’identique, chacun le sait. Sur ce plan là, on ne peut mettre dans le même sac un Wauquiez qui n’a de cesse d’exclure les réfugiés ou les chômeurs et une NKM qui se comporte de façon plus républicaine. Je me sens beaucoup moins éloigné des « valeurs républicaines » d’un Bayrou que de celles d’un Sarkozy et je connais, moi, le sens de la signature qu’il me faudra, sans aucun enthousiasme, déposer. Et je ne me sentirai pas l’âme d’un traître pour autant.

Je sais que le jour de la primaire de la droite et du centre, je pourrai sans difficulté me regarder me raser dans la glace. J’ai envie de dire à mes amis qu’après tout, ils ne sont pas vraiment obligés de se raser ce dimanche-là. En revanche, et si par malheur Sarkozy sortait vainqueur de cette primaire, nous n’aurions plus qu’à raser les murs, et pour très longtemps.

dr

Partager cet article

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article

commentaires

Michel Lachartre 11/11/2016 17:33

Je suis "de gauche", je me fais traiter régulièrement de "socialope", de "bobo", de "bisounours", de "collabo", de "suceur de muslim", de "gauchiasse", par des gens dont je ne sais pas très bien quelle limite ils appliquent à leur droite.
Je ne supporte pas les agressions que subissent les policiers et les pompiers. Et je suis "de gauche". L'hypocrisie m'insupporte ("mon adversaire c'est le monde de la finance" pour être précis dans la citation). Et je suis "de gauche".
Je suis un ardent défenseur de la langue française. Et je suis "de gauche".
Je participe à la Réserve citoyenne dans un collège de mon département pour sensibiliser les gamins sur les valeurs de la citoyenneté, avec un peu de philosophie. Et je suis "de gauche". Mais des gens de droite pourraient le faire également.
Je passe une partie de mon temps en Afrique pour y développer ou favoriser des savoirs qui permettront, je l'espère, à ces jeunes apprenants passionnés et passionnant, de prendre les rênes de leur pays devenu démocratique. Et je suis "de gauche". Mais des gens de droite pourraient le faire également.
Je me considère comme un citoyen responsable et honorable, en raison de mes prises de position pour la Liberté universelle des individus, et en raison des actions que je mène autant que possible en harmonie avec mes convictions. Et je suis "de gauche".
J'ai des amis qui ne pensent pas comme moi, et que j'écoute sans les mépriser. Et je suis "de gauche".
Mais je vais aussi, comme Dominique, mettre les mains dans le cambouis pour écarter Mr Sarkozy d'une éventuelle élection comme candidat de "la droite et du centre".
Bien que je sois "de gauche".
Car, le Centre ne se reconnait pas dans les "valeurs" très actuelles proposées par le candidat Sarkozy.
Car ni la droite ni les valeurs républicaines n'appartiennent au candidat Sarkozy.
Car la République est un bien commun qu'aucun parti ou candidat ne saurait s'attribuer comme un trésor dont il serait le gardien.
Je suis "de gauche", je suis un CITOYEN au même titre que mes compatriotes de droite.
Je ne suis pas l'instigateur de ces primaires que l'on peut contester, mais qui existent, et qui sont "OUVERTES" selon les vœux du bureau national du parti Les Républicains.
Si ce bureau a souhaité qu'elles soient "ouvertes", je m'autorise à penser que ce n'était pas innocent, et qu'il y avait peut-être une volonté interne que ce parti n'appartienne pas qu'à une poignée d'aficionados recrutés par des barons proches du petit prince.
Par conséquent, sans honte, sans le moindre sentiment de trahir mes convictions, et sans le moindre complexe par rapport aux suppôts de l'extrême-droite qui choisiront aussi de voter, je vais verser 2 euros pour voter à la primaire de la droite, pour essayer de barrer la route au candidat Sarkozy, que je considère comme un aventurier de la politique, pas très éloigné de la posture caricaturale du Pdt Trump, parce que j'ai bien trop peur que les terreurs incontrôlées, les réflexes identitaires, et la xénophobie au sens grec du terme, ne finissent par conduire nos nations et nos peuples vers des guerres civiles ou transfrontalières, comme l'Histoire nous l'enseigne.
Je suis "de gauche", on m'insulte parfois, je m'efforce de rester calme, mais on ne me fera pas taire aussi facilement.

michat 09/11/2016 14:55

Réponse à Michel et Joëlle.
Le préférable n'était'il pas d'être honnête vis à vis de sa signature.
Le détestable d'avoir recours à des manoeuvres politiciennes.
De plus pour connaître certains sympathisants de Marine LEPEN, Rares, il est vrai mais l'amitié peut aussi aller jusque-là, je sais qu'ils n'iront pas voter à la primaire de la droite comme vous l'entendez.
Soit! aller voter Jupé. C'est votre liberté et loin de moi l'idée de la contester.
Mais n'avez-vous pas aussi la mémoire courte!
Jupé, c'est loin d'être un homme du centre. Pour le moment, il fait le dos rond. Mais si jamais il est élu président....

Et puis pourquoi désespérez-vous tant des socialistes. Ils n'ont pas encore perdu.

Michel et Joëlle 08/11/2016 18:52

Nous, nous faisons partie de tes amis tout à fait en phase avec ta réflexion, nous avons déjà eu l'occasion d'en débattre..... Nous sommes également en accord avec Raymond ARON " Le choix en politique ne se fait jamais entre le bien et le mal mais toujours entre le préférable et le détestable."

michat 08/11/2016 16:11

Bonsoir,

Moi, je ne me rase pas le matin étant une femme!
De droite, je suis étant surtout allergique aux tartuferies socialistes.
Oui, j'ai par le passé voté à gauche (Mitterand en 81)
A l'extrème gauche (Arlette Laguiller pour que cette femme courageuse puisse rembourser ses frais de campagne)
Ecologique car je suis pour la décroissance, le commerce équitable et contre le nucléaire et le tout automobile. (Que diable, les transports en communs ne sont pas fait que pour ceux qui ne sont pas assez riches pour aller dans leur petit auto en solitaire loin de la masse de leurs contemporains!).
Mais jamais, je n'irai voté pour une primaire socialiste ou écologique).
Je respecte ma signature.
Et si je suis de droite, c'est tout simplement quel' hypocrisie m'insupporte ("mon ennemi, c'est la finance", "Moi, président"... Et tuti fruiti...
Je suis de droite car je dis non au communautarisme. Je pense que les premières bases qu'un élève doit apprendre sont le français (notamment pour comprendre les énoncés notamment de math) et le calcul.
Je suis de droite car je suis féministe et que toutes ces femmes voilées dont certaines le sont par soumission à la loi du mâle et des cités me révulse.
Je suis de droite car je trouve révoltant au sens fort du terme que les pompiers et les médecins ne puissent plus porter secours dans les cités parce que cela dérange les trafics de drogue.
Je suis de droite car je veux que l'on donne tous les moyens à nos forces de l'ordre pour arrêter les délinquants qui font régner la terreur et non pour que ces mêmes forces de l'ordre se fassent "griller" dans leur voiture en toute impunité pour ceux qui veulent les tuer.
Aussi, je voterai à la primaire de la droite et pour Sarkozy que je n'aime guère mais qui, pour moi, sera plus efficace qu'un Jupé.
Mais je m'abstiendrai pour la primaire de la gauche.
Ce n'est pas mon camp.
Il faut à un moment être droite (e) dans ses escarpins!
Assez de magouilles politiciennes!

Présentation

  • : LA HUNE
  • LA HUNE
  • : humeurs, bonnes ou mauvaises, mais à consommer sans modération!
  • Contact

Profil

  • lahune

Abonnement

Abonnez vous en cliquant sur l'espace "Abonnement" situé en bas à droite

Faites connaître à voscontacts et invitez les à nous rejoindre

Recherche

La Hune, pourquoi ?

La hune, sur les anciens navires, c’était la petite plate-forme située en haut du mât sur laquelle on envoyait un matelot pour surveiller la mer, les autres bateaux, voir s’il y avait des récifs… aujourd’hui, alors que les nuages de la crise économique ne cessent d’inquiéter, alors que celui qui a été élu capitaine du vaisseau « France » et ses courtisans semblent plus doués pour faire du vent plutôt que de s’occuper à rendre un peu moins pénibles les conditions dans lesquelles rame un équipage qui pourtant, avait souhaité atteindre de nouveaux horizons… disposer d’une modeste hune supplémentaire ne saurait faire de mal ; c’est la petite finalité d’un ènième blog comme celui-ci.

 

La hune, c’est aussi la « une » des journaux écrits, radios et télévisions, avec un « h » en plus… un h, parfois peut être aussi une hache, non pour pourfendre les journalistes qui dans leur ensemble font leur travail avec beaucoup de conscience, mais de temps en temps, pour rappeler que la médiatisation outrancière de l’information, sa mise en scène à grands coups de paillettes au mépris de règles élémentaires de ce qui doit être prioritaire, doivent être dénoncées comme la vigie le faisait du haut de la hune pour indiquer un danger.

 

Enfin, dans la pénombre dans laquelle nous tentons de nous diriger, on peut caresser le rêve que grâce à tous ceux qui apporteront leur contribution, la hune sera là de temps en temps pour donner un peu plus de clarté « hunaire » au milieu de la nuit dans laquelle voudraient nous laisser dormir des femmes et des hommes politiques de tous bords…

 

A vos plumes, mille sabords !

Bonnes Feuilles ...

Catégories

Les Copains D'abord