Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 09:23

Le moins qu’on puisse en dire, c’est que la perspective d’être dirigés par François Fillon à partir de mai 2017, n’est pas des plus réjouissantes. La Justice examine le dossier, recherche les preuves d’un travail effectif de Pénélope qui aurait été à la hauteur des émoluments versés sur son compte par l’Etat, donc, l’argent public. On aimerait tous que dans 15 jours, les clarifications indispensables soient apportées et que la Justice établisse la vérité, la probable et bien affligeante vérité.

Mais d’ores et déjà, les mensonges du candidat Fillon sont établis.

Mensonges sur les périodes au cours desquelles, il aurait « embauché » son épouse. Mensonges sur la situation réelle de ses enfants étudiants qu’il a fait passer pour des avocats pour justifier leur rémunération exorbitante. Mensonges sur le rôle réel de Madame qui affirme devant les caméras n’avoir justement aucun rôle politique. Et bien non, telle monsieur Jourdain, Madame Fillon faisait de la politique sans le savoir. Molière est ainsi revisité puisque pour le même prix, Fillon réunit Monsieur Jourdain et Tartuffe dans le même spectacle.

Reconnaissons tout de même à Fillon une certaine créativité puisqu’il a su inventer son propre système d’allocations familiales…

Mensonges pitoyables sur un prétendu coup d’Etat institutionnel, la main de la gauche en sous-main, des officines barbouzes derrière tout cela… Fillon apporte autant de preuves de ce genre d’assertions qu’il n’en délivre sur la réalité du travail de sa famille pour le service de la représentation nationale. Fillon voudrait nous faire passer de Molière à OSS 117 !

Mais admettons un très court instant que la Justice soit dans l’incapacité de dire si Pénélope et ses enfants ont réellement travaillé ou non, admettons que l’affaire se termine par un non-lieu, il n’en restera pas moins que Fillon aura largement trompé les Français en leur prêchant la rigueur, la nécessité de redresser les comptes d’une France en faillite, en défendant l’idée de supprimer 500 000 postes de fonctionnaires pour réduire la dette, lui qui aura fait verser à sa femme et à ses enfants des rémunérations dont on peut affirmer sans aucun risque de se tromper, qu’elles étaient sans commune mesure avec le travail effectué. Encore Tartuffe.

En terminant, j’ai une pensée pour les juges du Parquet financier. Eux qui comme tous les magistrats, souffrent d’un fonctionnement de la Justice souvent défectueux, faute de crédits suffisants, faute d’argent public consacré à d’autres priorités. J’ai une pensée pour ces juges qui, le soir à la maison, vont comparer leur fiche de paye de magistrats aguerris et diplômés avec celles de deux petits étudiants en droit payés, comme eux mais beaucoup plus qu’eux, avec de l’argent public...

Ce sera pour eux sans doute un grand moment de solitude !

Quoi qu’il en soit, tout cela ne prédispose pas, c’est le moins qu’on puisse dire, à accorder en mai prochain la moindre confiance à Fillon et à se retrouver ainsi pour 5 ans, attachés par le menteur !

dr

Partager cet article

Repost 0
Published by lahune - dans justice
commenter cet article

commentaires

Lachartre Michel 03/02/2017 10:42

Ma sœur Anne, qui, depuis longtemps, a pris l'habitude de regarder au loin, me disait ce matin qu'elle distingue très nettement un vent de révolte et une tornade de ridicule converger vers Sablé sur Sarthe, dont la châtelaine se fait désormais appeler "la cachée parlementaire" .

pichon loic 03/02/2017 10:30

j'aime beaucoup

Présentation

  • : LA HUNE
  • LA HUNE
  • : humeurs, bonnes ou mauvaises, mais à consommer sans modération!
  • Contact

Profil

  • lahune

Abonnement

Abonnez vous en cliquant sur l'espace "Abonnement" situé en bas à droite

Faites connaître à voscontacts et invitez les à nous rejoindre

Recherche

La Hune, pourquoi ?

La hune, sur les anciens navires, c’était la petite plate-forme située en haut du mât sur laquelle on envoyait un matelot pour surveiller la mer, les autres bateaux, voir s’il y avait des récifs… aujourd’hui, alors que les nuages de la crise économique ne cessent d’inquiéter, alors que celui qui a été élu capitaine du vaisseau « France » et ses courtisans semblent plus doués pour faire du vent plutôt que de s’occuper à rendre un peu moins pénibles les conditions dans lesquelles rame un équipage qui pourtant, avait souhaité atteindre de nouveaux horizons… disposer d’une modeste hune supplémentaire ne saurait faire de mal ; c’est la petite finalité d’un ènième blog comme celui-ci.

 

La hune, c’est aussi la « une » des journaux écrits, radios et télévisions, avec un « h » en plus… un h, parfois peut être aussi une hache, non pour pourfendre les journalistes qui dans leur ensemble font leur travail avec beaucoup de conscience, mais de temps en temps, pour rappeler que la médiatisation outrancière de l’information, sa mise en scène à grands coups de paillettes au mépris de règles élémentaires de ce qui doit être prioritaire, doivent être dénoncées comme la vigie le faisait du haut de la hune pour indiquer un danger.

 

Enfin, dans la pénombre dans laquelle nous tentons de nous diriger, on peut caresser le rêve que grâce à tous ceux qui apporteront leur contribution, la hune sera là de temps en temps pour donner un peu plus de clarté « hunaire » au milieu de la nuit dans laquelle voudraient nous laisser dormir des femmes et des hommes politiques de tous bords…

 

A vos plumes, mille sabords !

Bonnes Feuilles ...

Catégories

Les Copains D'abord