Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 18:55

Mes chers çondés,

 

Je vous remercie d’abord de m’avoir laissé commander plein de çondages entre 2007 et 2009, aux frais de l’Etat, ce qui m’a permis notamment de savoir si je pouvais épouser ma grande Carlita. Vous avez répondu oui à 56,78% et j’ai ainsi pu permettre à notre pays d’avoir une première dame qui, lorsqu’elle est en forme, est en quelque sorte un peu la voix de la France. Lorsqu’elle chante, c’est la majorité silencieuse qui s’esprime et je sais que vous y êtes sensibles.

Grâce à ce çondage, chacun peut constater que ma moitié est maintenant plus grande que mon entier, ce qui est un nouveau défi à la pensée unique mathématique, ce dont je suis fier.

Etant donnée notre différence de taille, les communiquants de l’Elysée ont souhaité que j’affuble mon épouse d’un petit nom, un diminutif. Le çondage a fait ressortir à 79,24% que « Carlita » passait mieux que les autres que j’avais trouvés. Dommage qu’on n’ait pas posé la question pour mon diminutif à moi ! « Chouchou », comme elle m’appelle, ça ne fait pas très sérieux quand je côtoie les grands de ce monde !

Si je suis réélu le 6 mai, je commanderai un nouveau çondage pour savoir si la petite Giulia a besoin d’un petit frère durant le prochain kinkennat qunquaina, mandat. Si vous dites oui, je proposerai que Marine devienne sa marraine et Gérard Longuet son parrain.

Je sais bien que de mauvais esprits pensent que je ne devrais pas mélanger les affaires d’Etat avec mes affaires maritales mais comme on se plait à le répéter chez tatie Lilianne Bettencourt, c’est « parce que ma Ritale le vaut bien » !

Les çondages sur le résultat du deuzième tour de dimanche prochain sont nettement moins bons que ceux que je commande sur ma vie privée. Je me demande finalement si je n’aurais pas du demander à mon fiston Jeannot de se présenter à ma place, lui qui incarne si bien la valeur travail !

 

Bon, je vous quitte car si je suis pas réélu, j’aurai plein de ménage à faire dans mes papiers.

Alors, comme le disait si bien le vieux Giscard en 1981…

… « Au revoir »

 

Pour N.S.

La hune

 

 

PS : Comme j’ai pas le temps de montrer cette lettre à Henri Gaino pour qu’il corrige, je m’escuse s’il y a encore des fautes.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by lahune - dans élections 2012
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LA HUNE
  • LA HUNE
  • : humeurs, bonnes ou mauvaises, mais à consommer sans modération!
  • Contact

Profil

  • lahune

Abonnement

Abonnez vous en cliquant sur l'espace "Abonnement" situé en bas à droite

Faites connaître à voscontacts et invitez les à nous rejoindre

Recherche

La Hune, pourquoi ?

La hune, sur les anciens navires, c’était la petite plate-forme située en haut du mât sur laquelle on envoyait un matelot pour surveiller la mer, les autres bateaux, voir s’il y avait des récifs… aujourd’hui, alors que les nuages de la crise économique ne cessent d’inquiéter, alors que celui qui a été élu capitaine du vaisseau « France » et ses courtisans semblent plus doués pour faire du vent plutôt que de s’occuper à rendre un peu moins pénibles les conditions dans lesquelles rame un équipage qui pourtant, avait souhaité atteindre de nouveaux horizons… disposer d’une modeste hune supplémentaire ne saurait faire de mal ; c’est la petite finalité d’un ènième blog comme celui-ci.

 

La hune, c’est aussi la « une » des journaux écrits, radios et télévisions, avec un « h » en plus… un h, parfois peut être aussi une hache, non pour pourfendre les journalistes qui dans leur ensemble font leur travail avec beaucoup de conscience, mais de temps en temps, pour rappeler que la médiatisation outrancière de l’information, sa mise en scène à grands coups de paillettes au mépris de règles élémentaires de ce qui doit être prioritaire, doivent être dénoncées comme la vigie le faisait du haut de la hune pour indiquer un danger.

 

Enfin, dans la pénombre dans laquelle nous tentons de nous diriger, on peut caresser le rêve que grâce à tous ceux qui apporteront leur contribution, la hune sera là de temps en temps pour donner un peu plus de clarté « hunaire » au milieu de la nuit dans laquelle voudraient nous laisser dormir des femmes et des hommes politiques de tous bords…

 

A vos plumes, mille sabords !

Bonnes Feuilles ...

Catégories

Les Copains D'abord