Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 11:04

 

"N'écoutant que son courage, qui ne lui disait rien, il se garda bien d'intervenir."

(Jules Renard).

 

C’est par cette citation que commençait le film d’Yves Robert sorti en 1979, « Courage, fuyons ». Il s’agissait d’un spectacle assez distrayant, beaucoup plus en tous cas que celui que nous ont infligé à la télévision, mardi 15 novembre, le Président de la république et les trois punching ball qui l’interviewaient ce soir là, spectacle désolant que « la hune » baptisera donc « Courage, Fillon » !

 

1 : des fuites en séries…

 

Il y a eu d’abord celle des journalistes ; on a beaucoup écrit déjà sur leur absence de pugnacité face à leur interlocuteur… là n’est pourtant pas le problème. Il faut reconnaître que sauf à polémiquer avec le petit président, c’est à dire, à utiliser les mêmes travers que lui, ils ne pouvaient guère aller très loin. Si l’un d’entre eux avait osé dire au chef de l’Etat « Répondez par oui ou par non ! … Je n’ai pas entendu votre réponse ! … », on imagine sans peine quelle aurait été l’attitude de l’interlocuteur. La fuite des journalistes a été simplement d’accepter de participer à ce type d’émission parce que les conditions ne leur permettaient pas de faire leur travail de journaliste.

 

Il y a eu aussi et surtout les fuites du Président lui-même : A la question d’un rapprochement possible avec le Front National, on a eu droit à un petit et timide « Ce n’est pas mon avis »… , D’une part, un avis n ‘est pas un engagement (…surtout que l’on connaît maintenant sa façon de tenir ses engagements) et d’autre part, on sait maintenant que lorsqu’il envisage un changement de cap, Nicolas Sarkozy envoie toujours quelques ballons d’essai pour voir comment l’opinion réagit. Cela a été le cas une fois de plus avec le député UMP du Nord Christian Vanneste qui s'est clairement prononcé pour une alliance avec le FN lors des législatives de 2012.

Fuite encore quand il s’est agi de justifier le maintien de Fillon comme Premier Ministre. Bien entendu, les éloges ont plu comme jamais sur la tête de celui qui n’était encore il y a quelques mois qu’un « collaborateur » du Président et qui était écarté des réunions régulières auxquelles  étaient conviés, eux,  les ministres « amis » du petit chef. Personne ne peut y croire évidemment, mais les éloges permettent de ne pas répondre aux seules questions importantes : pourquoi ce remaniement gouvernemental et pour faire quelle politique ? En fait, tout le monde connaît la réponse : pour essayer de gagner l’élection Présidentielle en 2012.

 

Fuite aussi des centristes dont certains quittent le navire à la façon des rats. Hervé Morin prétend que c’est l’annonce de sa candidature à la présidentielle de 2012 qui serait la cause de son départ mais là encore, personne ne peut croire un seul instant que les nano-candidatures d’Hervé Morin, de Christine Boutin ou de Nicolas Dupont-Aignan soient de nature à bousculer le corps électoral. On peut s’étonner cependant que les règles de la politique soient à ce point étrangères aux lois de la géométrie puisqu’on constate que plus un cercle est restreint, et plus il a de centres ! La vérité est que l’avenir du bateau présidentiel leur parait tellement compromis que nos centristes préfèrent arrêter là la croisière… jusqu’à la prochaine escale puisqu’ils remonteront à bord si jamais le temps s’éclaircit.

 

2 : des stratégies qui divergent :

 

En réalité, les épisodes de ces derniers mois montrent qu’il y a maintenant un début de divorce entre le petit président et les parlementaires qui le soutiennent. Jusqu’ici, ces derniers estimaient que l’aura du chef, son dynamisme et son culot, (et aussi l’absence d’un autre candidat crédible de droite) en faisaient le vainqueur probable de l’élection de 2012, ce qui assurait leur gagne pain pour la suite. Toutes les élections intermédiaires se sont soldées par des défaites plus ou moins cuisantes pour la droite ; les prochaines cantonales et sénatoriales ne paraissent pas très bien engagées… cela ajouté à la descente vertigineuse de la cote de popularité de Nicolas Sarkozy fait que nos parlementaires UMP commencent à craindre à juste titre pour leurs sièges. Autant ils pensaient avant être réélus en 2012 en se contentant de « sucer la roue » de leur leader (terme cycliste pour les initiés), autant ils songent à se démarquer d’un personnage qui devient aujourd’hui encombrant … d’où la nécessité d’imposer Fillon comme Premier Ministre.

 

Là où le bât risque de blesser, c’est que la stratégie du petit président a aujourd’hui pour seule finalité sa réélection à tout prix, au besoin en ratissant très large sur le terrain de l’extrême droite. Il sait qu’il ne pourra rééditer le coup de 2007 c’est à dire, prendre les électeurs du Front National tout en fustigeant les dirigeants de ce parti. Comme nous l’écrivions il y a quelques semaines, la donne a changé, Marine n’est pas Jean Marie et surtout, l’électorat populaire d’extrême droite est lui aussi, victime de la politique de classe menée par Nicolas Sarkozy. Une entente au moins tacite avec Marine Le Pen est une hypothèse de travail. Petit problème pour les parlementaires UMP qui seraient alors obligés, non seulement de justifier ce choix devant leurs électeurs, mais surtout, de laisser un peu de places pour permettre à des candidats du FN d’être élus…

 

 

…Et s’il fallait un petit signe que les stratégies divergent actuellement entre le Président et sa majorité, cherchez dans l’actualité de ces dernières semaines quels sont « les éléments de langage » que l’Elysée aurait pu dicter pour assurer la « communication » de l’exécutif… il n’y en a pas eu ou du moins, ils n’ont pas été repris. Et l’énervement du petit président face aux journalistes ou devant les caméras, à l’égard de son homologue Roumain, témoigne de sa nouvelle fragilité politique.

 

dr

 

Partager cet article

Repost 0
Published by lahune - dans élections 2012
commenter cet article

commentaires

gene arnaud 27/11/2010 09:21


Même si il n'y a pas de commentaire donné sur le contenu des billets de la Hune...rien que de les lire,ce sont des petites bouffées d'oxygène, ça isole moins et ça concourt à créer du
collectif..alors on attend d'en lire d'autres..


Présentation

  • : LA HUNE
  • LA HUNE
  • : humeurs, bonnes ou mauvaises, mais à consommer sans modération!
  • Contact

Profil

  • lahune

Abonnement

Abonnez vous en cliquant sur l'espace "Abonnement" situé en bas à droite

Faites connaître à voscontacts et invitez les à nous rejoindre

Recherche

La Hune, pourquoi ?

La hune, sur les anciens navires, c’était la petite plate-forme située en haut du mât sur laquelle on envoyait un matelot pour surveiller la mer, les autres bateaux, voir s’il y avait des récifs… aujourd’hui, alors que les nuages de la crise économique ne cessent d’inquiéter, alors que celui qui a été élu capitaine du vaisseau « France » et ses courtisans semblent plus doués pour faire du vent plutôt que de s’occuper à rendre un peu moins pénibles les conditions dans lesquelles rame un équipage qui pourtant, avait souhaité atteindre de nouveaux horizons… disposer d’une modeste hune supplémentaire ne saurait faire de mal ; c’est la petite finalité d’un ènième blog comme celui-ci.

 

La hune, c’est aussi la « une » des journaux écrits, radios et télévisions, avec un « h » en plus… un h, parfois peut être aussi une hache, non pour pourfendre les journalistes qui dans leur ensemble font leur travail avec beaucoup de conscience, mais de temps en temps, pour rappeler que la médiatisation outrancière de l’information, sa mise en scène à grands coups de paillettes au mépris de règles élémentaires de ce qui doit être prioritaire, doivent être dénoncées comme la vigie le faisait du haut de la hune pour indiquer un danger.

 

Enfin, dans la pénombre dans laquelle nous tentons de nous diriger, on peut caresser le rêve que grâce à tous ceux qui apporteront leur contribution, la hune sera là de temps en temps pour donner un peu plus de clarté « hunaire » au milieu de la nuit dans laquelle voudraient nous laisser dormir des femmes et des hommes politiques de tous bords…

 

A vos plumes, mille sabords !

Bonnes Feuilles ...

Catégories

Les Copains D'abord