Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 09:28

 

« La hune » (http//lahune-overblog.fr) propose à ses lecteurs de signer une pétition réclamant l’ouverture d’un procès à titre posthume à l’encontre du dénommé Brassens Georges, auteur d’une inqualifiable charge contre la Nation :

Le matin du 14 juillet,

Je reste dans mon lit douillet.

La musique qui marche au pas,

Cela ne me regarde pas.

Je ne fais pourtant de tort à personne,

En n’écoutant pas le clairon qui sonne…

 

Mais les braves gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux…

 

 

Il faudrait peut-être redevenir sérieux ! Les déclarations d’Eva Joly proposant de substituer un «défilé citoyen » à la parade militaire du 14 juillet suscitent une telle levée de boucliers de droite et de gauche qu’on ne peut que s’interroger sur leur sincérité. Car au fond, de quoi, Madame Joly se serait-elle donc rendue coupable ?

 

Eva Joly n’a pas attaqué l’institution militaire ; elle ne s’en est pas prise à la politique Sarko-Bushienne d’intervention militaire en Afghanistan qui coûte de plus en plus de vies. Elle n’a émis qu’une idée relative à la célébration du 14 juillet. Est-ce attenter à la Nation française que de dire que la France reste un des rares pays à célébrer sa fête nationale avec une parade militaire, comme on le voit encore dans les Etats les plus totalitaires de la planète ? Est-ce un crime d’estimer que la parade militaire n’a plus aujourd’hui la fonction qu’elle a pu revêtir à savoir, impressionner l’agresseur éventuel, lui faire peur en lui montrant ses muscles d’acier blindé ? Est-ce se tromper lourdement que d’estimer que les terroristes de tous poils n’ont cure de ces exhibitions qui n’ont pour eux aucune valeur dissuasive ? Est ce blasphémer de dire qu’aujourd’hui, ce type de parade relève plus du spectacle et de la chorégraphie qu’il n’a un rôle de ciment de l’identité nationale ?

 

Allons un peu plus loin : le 14 juillet peut-il être confisqué par l’armée et sa parade ? Ce défilé exclusivement parisien n’attire badauds et caméras que parce qu’il met en scène la chose militaire sous le regard du politique. Mais la fête nationale est bien autre chose pour le citoyen ordinaire : jour férié d’abord, jour de fêtes populaires ensuite avec ses bals de village ou ses flonflons de casernes de pompiers… Vouloir en faire une fête plus citoyenne dans laquelle le signifiant de l’unité nationale ne serait plus l’armée mais les acteurs de la société civile ne semble pas totalement stupide… peut-être seulement utopique. Si le 14 juillet est indiscutablement un symbole fort de la République, les manifestations qui ont cours ce jour là n’ont pas la même valeur symbolique. On ne peut confondre le symbole et ses diverses manifestations ou illustrations.

 

On remercie quand même Eva Joly d’avoir évité en même temps de remettre en cause « la Marseillaise » : et pourtant… s’interroger sur l’éventualité de menus changements du texte qu’on se propose de faire apprendre par cœur à nos enfants est-il blasphématoire ? « Qu’un sang impur abreuve nos sillons » constitue-t-il le ciment idéal de l’unité de la Nation pour nos jeunes générations ? Quel candidat à l’élection Présidentielle aura le courage de remettre en question l’hymne national ? Si le texte de « la Marseillaise » avait une résonance forte pour les armées révolutionnaires, qu’en est-il aujourd’hui ? rien, évidemment, sauf qu’il s’agit d’un symbole. Mais là encore, si un hymne national est un symbole parmi d’autres de la Nation, « la Marseillaise » n’en est qu’une illustration qui ne doit pas être confondue avec le symbole lui-même.

 

Alors, pourquoi tous ses cris d’horreur venant des bancs des adversaires politiques de Madame Eva Joly ? Et bien d’abord parce que justement, c’est une adversaire politique, une concurrente. Dans la course à l’Elysée, tous les coups sont permis et chacun essaie d’exploiter les déclarations de l’adversaire pour le dénigrer. Quand le dénommé Brassens Georges nous propose de faire la grasse matinée le 14 juillet, tout le monde applaudit ; si c’est un candidat à l’élection Présidentielle, tout le monde le dénigre !

 

La preuve : Marine Le Pen et François Fillon s’offusquent des déclarations d’Eva Joly en enfourchant les thèmes chers à la droite et à l’extrême droite, à savoir, la défiance de l’étranger ! Et de rappeler que l’intéressée ne serait pas une française de souche pur jus…Ecoutez son accent à couper à la baïonnette, d’ailleurs ! On s’attaque non pas au contenu de la déclaration mais à celle qui a déclaré, en fourbissant les armes (les thèmes) de la future campagne. Rien de très étonnant de la part de ces partis dont la stratégie électorale est annoncée depuis longtemps. Plus étonnante et pour dire les choses, plus décevante est la réaction de la gauche et notamment de ténors du PS. Martine Aubry a exprimé son désaccord avec la déclaration d’Eva Joly et utilisant, elle, la rhétorique républicaine, le symbole… des thèmes qui seront ceux de sa campagne. C’est désolant de constater que l’une des deux principales candidates du PS a les yeux tellement rivés sur le deuxième tour de l’élection qu’elle en oublie de prendre le moindre recul avec ce qu’a dit Eva Joly. Parce qu’il faudrait quand même que les conseillers de Martine se rendent compte que l’électeur de gauche, quel qu’il soit, ne trouve pas incongru le questionnement d’Eva Joly. On peut le considérer comme inopportun quand on est en campagne électorale mais si la politique du PS consiste principalement à éluder les questions qui risquent de fâcher en vue de l’échéance électorale, on va s’interroger sérieusement sur la vraie nature de ce parti : véritable parti de gouvernement ou parti du gouvernement par le sondage d’opinion ?

 

 

En tous cas, à « la hune », on ne va pas écrire ou se taire en fonction des hypothèses électorales de mai 2012. Eva Joly commettra sans doute des erreurs et on saura lui dire en temps voulu. Aujourd’hui, ce qu’elle a dit du 14 juillet mérite autre chose que dénigrement et critiques… et de toutes façons, c’est un joli pétard !

 

 

 

 

dr

 

Partager cet article

Repost 0
Published by lahune - dans élections 2012
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LA HUNE
  • LA HUNE
  • : humeurs, bonnes ou mauvaises, mais à consommer sans modération!
  • Contact

Profil

  • lahune

Abonnement

Abonnez vous en cliquant sur l'espace "Abonnement" situé en bas à droite

Faites connaître à voscontacts et invitez les à nous rejoindre

Recherche

La Hune, pourquoi ?

La hune, sur les anciens navires, c’était la petite plate-forme située en haut du mât sur laquelle on envoyait un matelot pour surveiller la mer, les autres bateaux, voir s’il y avait des récifs… aujourd’hui, alors que les nuages de la crise économique ne cessent d’inquiéter, alors que celui qui a été élu capitaine du vaisseau « France » et ses courtisans semblent plus doués pour faire du vent plutôt que de s’occuper à rendre un peu moins pénibles les conditions dans lesquelles rame un équipage qui pourtant, avait souhaité atteindre de nouveaux horizons… disposer d’une modeste hune supplémentaire ne saurait faire de mal ; c’est la petite finalité d’un ènième blog comme celui-ci.

 

La hune, c’est aussi la « une » des journaux écrits, radios et télévisions, avec un « h » en plus… un h, parfois peut être aussi une hache, non pour pourfendre les journalistes qui dans leur ensemble font leur travail avec beaucoup de conscience, mais de temps en temps, pour rappeler que la médiatisation outrancière de l’information, sa mise en scène à grands coups de paillettes au mépris de règles élémentaires de ce qui doit être prioritaire, doivent être dénoncées comme la vigie le faisait du haut de la hune pour indiquer un danger.

 

Enfin, dans la pénombre dans laquelle nous tentons de nous diriger, on peut caresser le rêve que grâce à tous ceux qui apporteront leur contribution, la hune sera là de temps en temps pour donner un peu plus de clarté « hunaire » au milieu de la nuit dans laquelle voudraient nous laisser dormir des femmes et des hommes politiques de tous bords…

 

A vos plumes, mille sabords !

Bonnes Feuilles ...

Catégories

Les Copains D'abord