Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 10:38

 

Le 1er mai 2012 restera probablement en France une date historique, non pas parce que Madame Le Pen aura réuni 5000 personnes au centre de Paris, non pas parce que les organisations syndicales auront réussi à mobiliser des centaines de milliers de personnes à travers tout le pays, mais parce qu’une fois de plus, le candidat Sarkozy aura tenté de détourner un symbole relativement unitaire de la République au profit d’un clan. Rien d’étonnant de la part d’un homme dont la carrière politique ne doit rien au génie mais seulement à sa faculté de diviser pour régner.

 

Monsieur Sarkozy qui se plait aujourd’hui à célébrer la notion de frontières en tous genres pourra se vanter d’avoir fait reculer en ce 1er mai 2012 les frontières du cynisme et de la stupidité politique. Monsieur Sarkozy établit une différence entre les travailleurs : En affirmant qu’il existerait de « vrais » travailleurs qui le soutiendraient, il désigne par ricochet les autres, qui deviennent du même coup de « faux » travailleurs. Après avoir vilipendé les « faux » chômeurs qui sont de « vrais » assistés, les syndicats et les médias qui sont des corps intermédiaires qui dressent un écran entre le peuple et sa modeste personne, Monsieur Sarkozy n’hésite pas à détourner un symbole centenaire de la capacité de résistance du monde du travail en organisant un meeting purement électoraliste n’ayant rien à voir avec ledit symbole. C’est évidemment totalement incongru, un peu comme si vous organisiez une réunion « tupperware »  au Vatican pour promouvoir l’utilisation d’un préservatif miraculeux aux futures J.M.J ! L’Histoire réservera le sort qu’elle mérite à cette initiative douteuse, à savoir l’oubli, dès le 1er mai 2013.

 

Il est d’autres détournements dont il faudra bien que Monsieur Sarkozy rende compte, dès qu’il ne sera plus protégé par son bouclier immunitaire. Faire payer par le contribuable des sondages pour savoir si son mariage avec Mademoiselle Carla Bruni sera bien ou mal perçu relève du détournement pur et simple de l’argent public à des fins privées. Détournement aggravé du fait que nombre des sondages ainsi commandés par le petit maître de l’Elysée n’ont pas suivi la procédure d’appels d’offres qui est pourtant la règle … mais qui aurait interdit de retenir les organismes de sondage des petits copains qui se sont bien engraissés au passage. Détournement de fonds publics, détournement de règles, deux critères de ce qu’est une « vraie » république bananière !

 

Ce n’est évidemment pas tout. On apprend aujourd’hui que la libération des infirmières Bulgares détenues par Kadhafi  en juillet 2007 ne serait pas le « geste humanitaire » (sic Sarkozy en 2007) de l’émirat du Qatar évoqué à cette époque mais le résultat de marchandages entre les deux chefs d’Etat, portant semble-t-il sur une coopération dans le domaine nucléaire… On se rappelle la lourde mise en scène qui avait accompagné la libération des infirmières sortant de l’avion précédées de la future ex épouse du Président français. On se souvient des affirmations la main sur le cœur qu’aucune contrepartie financière n’avait été versée…On mesure aujourd’hui à quel point Monsieur Sarkozy instrumentalisait la diplomatie à des fins personnelles, véritable détournement avec le mensonge comme arme.

 

Kadhafi, ce détourneur d’avions, dictateur patenté et souteneur de terroristes en tous genres a-t-il financé la campagne électorale de Monsieur Sarkozy en 2007 ? Le document invoqué par Médiapart serait « faux » selon le candidat qui intente un vrai procès à l’organe de presse, non pas pour diffamation mais pour usage de faux. La justice nous révèlera peut-être un jour la vérité mais on observera que les arguments de défense de Monsieur Sarkozy paraissent une fois de plus à côté de la plaque : « Comment peut-on imaginer que Kadhafi ait pu me donner de l’argent avec ce que je lui ai fait ? » dit-il en substance ! … Sauf que c’est oublier un peu vite que le dictateur libyen avait été reçu en grande pompe en remerciement du marchandage portant sur les infirmières bulgares. L’Histoire ne se découpe pas en feuillets intéressés et en pages d’oubli, sous peine d’être détournée. Le document produit par Médiapart est peut-être véridique, peut-être faux, mais ce qui est certain, c’est que Monsieur Sarkozy se comporte, lui, en vrai faussaire de l’Histoire.

 

Et puis, comme les lecteurs de « la hune » ont plus de mémoire, semble-t-il que le candidat de la droite, ils ne manqueront pas de mettre en rapport les incantations électoralistes sur le « vrai travail » et les prétendues valeurs qu’il sous tendrait, avec l’épisode glorieux de la tentative du chef de l’Etat de faire cadeau à son fils de la présidence de l’EPAD, ce fils qui avait à l’époque tant démontré de qualités de « vrai travail », de réussite sans piston… Ce détournement des valeurs républicaines illustre parfaitement, en ce 1er mai 2012, ce qu’aura été finalement le quinquennat qui s’achève :  le mensonge et les reniements.

 

 

 

dr

Partager cet article

Repost 0
Published by lahune - dans élections 2012
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LA HUNE
  • LA HUNE
  • : humeurs, bonnes ou mauvaises, mais à consommer sans modération!
  • Contact

Profil

  • lahune

Abonnement

Abonnez vous en cliquant sur l'espace "Abonnement" situé en bas à droite

Faites connaître à voscontacts et invitez les à nous rejoindre

Recherche

La Hune, pourquoi ?

La hune, sur les anciens navires, c’était la petite plate-forme située en haut du mât sur laquelle on envoyait un matelot pour surveiller la mer, les autres bateaux, voir s’il y avait des récifs… aujourd’hui, alors que les nuages de la crise économique ne cessent d’inquiéter, alors que celui qui a été élu capitaine du vaisseau « France » et ses courtisans semblent plus doués pour faire du vent plutôt que de s’occuper à rendre un peu moins pénibles les conditions dans lesquelles rame un équipage qui pourtant, avait souhaité atteindre de nouveaux horizons… disposer d’une modeste hune supplémentaire ne saurait faire de mal ; c’est la petite finalité d’un ènième blog comme celui-ci.

 

La hune, c’est aussi la « une » des journaux écrits, radios et télévisions, avec un « h » en plus… un h, parfois peut être aussi une hache, non pour pourfendre les journalistes qui dans leur ensemble font leur travail avec beaucoup de conscience, mais de temps en temps, pour rappeler que la médiatisation outrancière de l’information, sa mise en scène à grands coups de paillettes au mépris de règles élémentaires de ce qui doit être prioritaire, doivent être dénoncées comme la vigie le faisait du haut de la hune pour indiquer un danger.

 

Enfin, dans la pénombre dans laquelle nous tentons de nous diriger, on peut caresser le rêve que grâce à tous ceux qui apporteront leur contribution, la hune sera là de temps en temps pour donner un peu plus de clarté « hunaire » au milieu de la nuit dans laquelle voudraient nous laisser dormir des femmes et des hommes politiques de tous bords…

 

A vos plumes, mille sabords !

Bonnes Feuilles ...

Catégories

Les Copains D'abord