Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 11:07

 

« Jeanne !… Ohé, Jeanne ! »…Ah zut ! Voilà que j’entends encore des voix ! Ça faisait près de 600 ans que ça ne m’était pas arrivé. Décidément, je ne réussirai jamais à dormir tranquille avec ce boucan… la récupération électorale, ça fait encore plus de bruit que les usines et les aciéries de toute la Lorraine… faut dire aussi que toutes ces usines sont elles aussi en sommeil malgré toutes les promesses de redémarrage qui ont été faites… Mon Dieu que c’est dur de s ‘appeler Jeanne d’Arc en pleine année d’élection présidentielle !…

 

Qui me hèle ainsi ? La voix ressemble étonnamment à celle de l’évêque Pierre Cauchon, celui qui a instruit mon procès en hérésie à Rouen… Ce Cauchon avait fait alliance avec les Bourguignons de l’époque qui n’étaient autres que les « collabos » des Anglais qui avaient envahi la France. En quelque sorte, un partisan du régime de Vichy avant l’heure ! Non, ce ne peut pas être lui que j’entends ainsi mais sans doute quelqu’un qui lui ressemble… Si ce n’est pas le gros Cauchon qui m’appelle ainsi, ce ne peut être alors que le gros Jean Marie qui ressemble à un Cauchon comme deux gouttes d’eau de Vichy… Il hurle au milieu de 200 personnes, place des pyramides à Paris… C’est un vrai bide ! Pratiquement personne pour l’écouter, à croire que mon nom ne fait plus recette !

 

« Jeanne !… Ohé, Jeanne ! »… Tiens, encore une autre voix ! Mais c’est qui ce petit bonhomme qui se met à me tutoyer comme si on se connaissait depuis des siècles ? Pour un peu, il m’embrasserait comme il le fait avec Angela Merkel ! Je vais aller lui dire deux mots à ce gamin !

 

«  Qui êtes vous, gent damoiseau de mauvaise augure, qui m’interpellez sans que nous eûmes lié jadis connaissance ?

-         Jeanne, ma Jeannita, j’suis comme qui dirait, comme le roi de France du XXIème siècle…

-         Et quand bien même ce serait vérité, cela ne vous autoriserait pas à me héler comme le ferait un manant, encore moins à m’instrumentaliser, comme le disent les gazettes de votre siècle !

-         S’cuzez moi, ma Jeannette, mais je suis venu parce que moi aussi, j’ai entendu une voix ; au début, j’entendais chanter do, ré, mi, fa, sol, la, si, do… je croyais que c’était ma Carlita qui faisait ses gammes vocales… et puis j’me suis dit que ça ne pouvait pas être elle puisque c’est la seule voix que je connaisse qui nécessite le langage des signes pour qu’on l’entende ! Alors, prêtant l’oreille, j’ai compris que c’était pas la voix de Carlita et que c’était un message qui m’était destiné et qui disait : Don, ré, mi, fa, cil, va, zy, donc… C’était lumineux, Domrémy, facile, vas-y donc ! Fallait que j’y aille et me voilà ! »

 

 

Jeanne se retourna alors dans sa tombe et se mit à penser à voix haute… « Ca fait six siècles qu’on raconte des sornettes sur ma vie, ça fait six siècles qu’on se sert de moi pour défendre des causes indéfendables, six siècles qu’on prétend que j’ai entendu des voix alors que les seules voix qui intéressent mes pseudo admirateurs, ce sont les voix les plus réactionnaires de l’électorat… L’Eglise a même fait de moi une sainte ! Parce que je suis restée soi disant pucelle ? Parce que j’aurais tué des Anglais en son nom ? S’il faut canoniser tous ceux qui justifient leurs guerres parce qu’ils prétendent les mener au nom de Dieu, il va falloir canoniser du monde : ceux qui ont fait les croisades, ceux qui ont massacré les moines de Tibhirine, les kamikazes du 11 septembre 2001 et des milliers d’autres !…

Si j’étais encore de ce monde, je commencerais par leur dire à tous que je ne suis pas celle qu’ils croient, que je ne suis pas certaine d’avoir entendu des voix, que je ne suis une sainte que parce que certains ont trouvé des avantages à me considérer comme telle, que peut-être, je n’étais pas pucelle, que je ne suis pas certaine non plus d’être une femme, que peut-être, je suis un sale mec qui aimait la bagarre…

Ah ventrebleu, j’entends encore une voix… c’est mon tweeter… C’est Nadine Morano qui se plaint que Jeanne d’Arc s’est fait traiter de « sale mec » et qui demande des excuses !

 

Ah! , Celle là, il faudra un jour la canoniser… Sainte Nitouche, ça lui irait bien, non ? »

 

 

 

dr

 

 

 

PS n’hésitez pas à partager cet article en transmettant à vos contacts le lien :

 http://lahune.over-blog.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by lahune - dans élections 2012
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LA HUNE
  • LA HUNE
  • : humeurs, bonnes ou mauvaises, mais à consommer sans modération!
  • Contact

Profil

  • lahune

Abonnement

Abonnez vous en cliquant sur l'espace "Abonnement" situé en bas à droite

Faites connaître à voscontacts et invitez les à nous rejoindre

Recherche

La Hune, pourquoi ?

La hune, sur les anciens navires, c’était la petite plate-forme située en haut du mât sur laquelle on envoyait un matelot pour surveiller la mer, les autres bateaux, voir s’il y avait des récifs… aujourd’hui, alors que les nuages de la crise économique ne cessent d’inquiéter, alors que celui qui a été élu capitaine du vaisseau « France » et ses courtisans semblent plus doués pour faire du vent plutôt que de s’occuper à rendre un peu moins pénibles les conditions dans lesquelles rame un équipage qui pourtant, avait souhaité atteindre de nouveaux horizons… disposer d’une modeste hune supplémentaire ne saurait faire de mal ; c’est la petite finalité d’un ènième blog comme celui-ci.

 

La hune, c’est aussi la « une » des journaux écrits, radios et télévisions, avec un « h » en plus… un h, parfois peut être aussi une hache, non pour pourfendre les journalistes qui dans leur ensemble font leur travail avec beaucoup de conscience, mais de temps en temps, pour rappeler que la médiatisation outrancière de l’information, sa mise en scène à grands coups de paillettes au mépris de règles élémentaires de ce qui doit être prioritaire, doivent être dénoncées comme la vigie le faisait du haut de la hune pour indiquer un danger.

 

Enfin, dans la pénombre dans laquelle nous tentons de nous diriger, on peut caresser le rêve que grâce à tous ceux qui apporteront leur contribution, la hune sera là de temps en temps pour donner un peu plus de clarté « hunaire » au milieu de la nuit dans laquelle voudraient nous laisser dormir des femmes et des hommes politiques de tous bords…

 

A vos plumes, mille sabords !

Bonnes Feuilles ...

Catégories

Les Copains D'abord