Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 11:32

Madame Nabilla,

Depuis hier, dimanche 9 novembre, vous faites l’objet d’une mise en examen avec incarcération pour tentative d’assassinat de votre compagnon. Vous avez proclamé votre innocence en indiquant que ce dernier s’était lui-même blessé avec un couteau après avoir abusé de la cocaïne… Je dirai sobrement que votre système de défense me semble assez « moyen » mais nous laisserons la Justice accomplir son travail, entre deux écoutes téléphoniques de Paul Bismuth avec son avocat… Allo ?  Non mais allo, quoi !...

Vous n’étiez pas seule, ce weekend end, à être accusée d’avoir donné des coups de poignards dans le dos de votre compagnon ! François Fillon se retrouve à son tour, avec sa tête de premier communiant, soupçonné d’avoir demandé à Jean-Pierre Jouyet, son ancien secrétaire d’Etat et par ailleurs Secrétaire Général de l’Elysée, d’accélérer les procédures dans les affaires visant son ex compagnon, Nicolas Sarkozy. Bien entendu, il dément en bloc sur tous les médias à portée de voix mais je dois avouer que son système de défense, à savoir, c’est pas moi qui ment, c’est l’autre, me paraît également assez « moyen »…C’est aussi crédible que lorsque Hortefeux prétend ne jamais avoir entendu parler de Bygmalion ou que Sarkozy ignore tout du dépassement astronomique de ses frais de campagne. A la décharge du premier communiant, son ex compagnon donne tellement de coups à ses proches qu’il prend tous pour des cons (sic), que l’attitude de Fillon pourrait presque s’apparenter à de la légitime défense ou du moins à une stricte application du principe de précaution ! La démarche Fillonesque tendant à vouloir faire pression sur la Justice en utilisant le levier politique en dit cependant plus long que tous les discours sur les pratiques Sarkoziennes en la matière, pratique confirmée entre autres par la tentative de ce dernier auprès d’un magistrat de la Cour de Cassation découverte grâce aux écoutes précitées. Non mais allo, quoi !

Ces coups de couteau dans le dos sont depuis toujours monnaie courante en terre RPR-UMP. Il suffit de se rappeler Chirac trahissant Chaban-Delmas en 1974, Balladur trahissant Chirac, son ami de 30 ans en 2002, Sarkozy trahissant Chirac pour soutenir Balladur dans la foulée… Mais la droite n’a pas plus le monopole des coups de poignard que la gauche n’a celui du cœur ! les coups de couteau existent aussi depuis longtemps dans les couloirs du PS, tout aussi sanglants, la seule différence étant peut-être qu’ils sont masqués sous des prétextes idéologiques ou politiques alors même qu’ils n’ont pas d’autre raison que de faire barrage à un concurrent ou de tenter d’assurer une réélection.

Vous voyez, Madame Nabilla, il n’y a pas forcément beaucoup de différences entre les excès de la politique et ceux de la téléréalité. Meurtre, mensonges et vidéos, le succès de la recette ne se dément pas, tant qu’il y a des caméras pour filmer et des voyeurs pour regarder.

Je ne vous ai pas parlé du FN, Madame Nabilla, mais ne croyez surtout pas que ce parti ignore le maniement du poignard politique. Bien au contraire, les crimes y sont fréquents, mais à la différence d’autres partis plus démocratiques, ils y sont cachés, comme aux plus beaux jours des régimes totalitaires. Mises au placard, privation de la parole politique, dénonciations en tous genres, rien ne doit contrarier le culte du chef… où sont passés les Mégret, Martinez, Gollnisch, Lang (Carl) ? Même si on ne va pas se plaindre de ne plus les entendre, il faut reconnaître que la méduse blonde a un vrai talent de femme de ménage pour faire le vide autour d’elle.

La Justice est impuissante face aux coups de poignard politique, ce n’est pas son rôle d’en juger. Quand des journalistes s’y intéressent d’un peu trop près, les auteurs des crimes s’insurgent et crient à la calomnie… en portant plainte ! Comme quoi, ce ne serait pas le crime politique qui serait punissable mais le fait de le révéler.

Vous voyez, Madame Nabilla, le temps n’est pas encore venu où le monde politique vous enverra des compagnons de cellule. Et pourtant, cela ne me déplairait pas que quelques responsables qui trainent derrière eux un certain nombre d’affaires douteuses viennent partager quelques instants avec vous…Non mais, à l’eau et au pain sec, quoi !

 

dr

Partager cet article

Repost 0
Published by lahune - dans justice
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LA HUNE
  • LA HUNE
  • : humeurs, bonnes ou mauvaises, mais à consommer sans modération!
  • Contact

Profil

  • lahune

Abonnement

Abonnez vous en cliquant sur l'espace "Abonnement" situé en bas à droite

Faites connaître à voscontacts et invitez les à nous rejoindre

Recherche

La Hune, pourquoi ?

La hune, sur les anciens navires, c’était la petite plate-forme située en haut du mât sur laquelle on envoyait un matelot pour surveiller la mer, les autres bateaux, voir s’il y avait des récifs… aujourd’hui, alors que les nuages de la crise économique ne cessent d’inquiéter, alors que celui qui a été élu capitaine du vaisseau « France » et ses courtisans semblent plus doués pour faire du vent plutôt que de s’occuper à rendre un peu moins pénibles les conditions dans lesquelles rame un équipage qui pourtant, avait souhaité atteindre de nouveaux horizons… disposer d’une modeste hune supplémentaire ne saurait faire de mal ; c’est la petite finalité d’un ènième blog comme celui-ci.

 

La hune, c’est aussi la « une » des journaux écrits, radios et télévisions, avec un « h » en plus… un h, parfois peut être aussi une hache, non pour pourfendre les journalistes qui dans leur ensemble font leur travail avec beaucoup de conscience, mais de temps en temps, pour rappeler que la médiatisation outrancière de l’information, sa mise en scène à grands coups de paillettes au mépris de règles élémentaires de ce qui doit être prioritaire, doivent être dénoncées comme la vigie le faisait du haut de la hune pour indiquer un danger.

 

Enfin, dans la pénombre dans laquelle nous tentons de nous diriger, on peut caresser le rêve que grâce à tous ceux qui apporteront leur contribution, la hune sera là de temps en temps pour donner un peu plus de clarté « hunaire » au milieu de la nuit dans laquelle voudraient nous laisser dormir des femmes et des hommes politiques de tous bords…

 

A vos plumes, mille sabords !

Bonnes Feuilles ...

Catégories

Les Copains D'abord