Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 17:27

 

 

 

Mon cher Jean Pierre,

 

Etant donné que vous êtes le dernier en date à vous être proposé à la candidature à l’élection présidentielle de mai 2012, c’est à vous que « la hune » (http://lahune.over-blog.fr/) prend la peine d’écrire cette lettre qui, vous vous en rendrez rapidement compte à sa lecture, pourrait concerner bien d’autres que vous. Pas de chance, ça tombe sur vous !

 

Vous êtes candidat, soit. Vous ne pouvez donc vous autoriser à promettre n’importe quoi, à raconter je ne sais quelle faribole sans prendre le risque d’être traité de menteur, par vos concurrents, vos adversaires de droite, les électeurs, bref, par tout citoyen constatant que vous n’êtes ni sérieux ni crédible. Si donc vous aviez reçu la semaine dernière le grand patron de Peugeot pendant une demi-heure et qu’à la suite de cet entretien, vous aviez déclaré qu’il n’y aura aucun licenciement à Peugeot en dépit des annonces faites aux représentants du personnel de cette entreprise, vos concurrents, vos adversaires de droite, les électeurs et moi-même, nous vous aurions traité de menteur. Un candidat doit être responsable de ce qu’il déclare et assumer les conséquences de ce qu’il dit.

 

Il s’avère que ce n’est pas vous qui avez reçu le PDG de Peugeot mais un non-candidat qui cumule sa fonction de non-candidat avec celle de chef de l’Etat. Pas question donc ici de le traiter de menteur et de risquer ainsi d’être condamné pour offense au chef de l’Etat. Dans un pays où ce dernier peut impunément dire à un citoyen «casses toi, pauv’con » alors que la justice sanctionne le quidam qui manifeste son opposition politique en brandissant une pancarte reprenant ladite citation, il vaut mieux être prudent. En pourtant…

 

Et pourtant, vous qui êtes du coin, pas très loin du siège historique de la maison Peugeot, vous savez bien que la déclaration sur l’absence de licenciements chez Peugeot n’est qu’une opération de « com » sans aucune réalité derrière, et cela pour au moins deux raisons :

 

1 : S’il est vrai qu’il n’y aura probablement pas de « licenciements secs », la Direction de Peugeot a bien l’intention de supprimer environ 5000 emplois. Il a été annoncé au le 26 octobre dernier, un plan d’économies de 800 millions d'euros qui a été confirmé lors d'un comité central d’entreprise : 6 250 postes vont être supprimés mais la direction assure qu'il n'y aura pas de plan social. En tout, 3 750 postes en Europe vont être supprimés, dont 1 250 départs en retraite non remplacés, et 2 500 prestataires extérieurs qui ne verront pas leur contrat renouvelé, soit un total de 6 250 postes, dont 5 000 en France auquel il faudra ajouter aussi 800 intérimaires. Imaginer qu’en une demi-heure d’entretien, le Président de la République qui n’a aucun moyen juridique de contraindre une entreprise privée, aurait pu convaincre le Président de Peugeot de revenir sur un plan longuement réfléchi et annoncé, relève de la naïveté la plus confondante. En réalité, cette demi-heure d’entretien n’avait pas pour objet de faire revenir Peugeot sur sa décision mais uniquement de se mettre d’accord sur le message que le non-candidat pouvait jeter en pâture aux médias, en se mettant en scène lui-même et en s’attribuant le beau rôle alors même qu’il n’est pas acteur dans le film ! Donc, de la « com » et uniquement de la « com ».

 

2 : Il n’y aura pas 5000 licenciements chez Peugeot mais il y aura bien des milliers de chômeurs en plus puisque les reclassements envisagés au sein du Groupe le seront sur des postes confiés aujourd’hui à des prestataires extérieurs … qui se retrouveront, eux, sans travail, d’où des licenciements chez les prestataires ! Par ailleurs, les intérimaires dont Peugeot ne renouvellera pas les contrats viendront, eux aussi, grossir les rangs des demandeurs d’emploi. Donc, encore de la « com » et toujours de la « com ».

 

De la « com » au mensonge, il n’y a qu’un pas à franchir, celui qui sépare un non-candidat d’un candidat !

 

Restons dans la « com » mais sur un autre sujet : Ce que la « com » Elyséenne ne dit pas, c’est ce qu’a coûté le dernier G vain et singulièrement l’hébergement d’un certain Nicolas Sarkozy. Cela circule sur Internet dans la forme suivante :

 

G20.La nuit à 37 000 € de Sarkozy

 

« En dépensant un peu plus de 37 000 € pour une nuit dans une suite de l'hôtel Majestic de Cannes, le Président français se hisse sur la  plus haute marche du podium des dirigeants peu regardants à la dépense. Il devance Barack Obama  et Silvio Berlusconi, hébergés au Carlton voisin, pour respectivement 35 000  € et 29 000 € la suite. Le président chinois Hu Jintao, objet de toutes les attentions, a  payé trois fois moins cher sa chambre au Gray d'Albion, soit 11 600 €. Sans  pour autant dormir dans un Formule1, le Premier ministre anglais David Cameron peut  s'enorgueillir d'avoir été le plus économe des dirigeants présents à Cannes.  Il n'aura déboursé « que » 1950€ pour une nuit au Marriott. C'est toujours 300 € de plus que le salaire  mensuel médian en France. On est loin de la « République irréprochable » du  candidat Sarkozy en 2007. Il ne suffira pas de geler le salaire du Président et des ministres
pour y parvenir .En pleine crise économique, et alors que le gouvernement racle  les fonds de tiroirs à la recherche des milliards manquants, le prix de la  nuit d'hôtel de Nicolas
Sarkozy à Cannes, la semaine dernière pour le sommet du G20, frise la  provocation. Le G20 a coûté à cannes 28000000€ une bagatelle avec les caisse vides et le petit Nicolas nous demande de faire des économies ».

 

A ce jour, les services de la « com » Elyséenne n’ont toujours pas démenti l’information. On peut se demander quand même si le fait d’être non-candidat n’autorise pas tous les excès qu’un candidat normal, comme vous, cher Jean Pierre, ne pourrait se permettre.

 

Pour conclure, cette petite adresse personnelle : je pense que vous rendriez service à la gauche française en choisissant de devenir assez rapidement vous-même un non-candidat, sans les excès de celui dont on a parlé dans cette lettre, naturellement ! Mais pour ça, on n’a pas trop d’inquiétudes…

 

A vous lire,

 

Pour « la hune »,

 

Dominique Rossignol

 

Partager cet article

Repost 0
Published by lahune - dans élections 2012
commenter cet article

commentaires

Michel 20/11/2011 22:30

Mais ce bon JPC, déjà fossoyeur associé des espoirs de la gauche en 2007, avec une candidature présidentielle qui n'avait pas encore l'excuse d'un coma profond soigné au Val de Grâce aux frais de
la Princesse (de Clèves ?), a décidément la memoire courte (son échec) et la conscience fâcheusement tranquille (son HLM du Vème arrondissement). Alors, puisque le ridicule ne tue pas, pour un
nouveau coma de JPC, tapez 1 , et pour un marocain sarkozien attribué au trop vieux lion de Belfort, tapez 2.
Et si vous n'avez plus de forfait, courez voir Intouchables. Ca vous rappellera des choses... ML

Présentation

  • : LA HUNE
  • LA HUNE
  • : humeurs, bonnes ou mauvaises, mais à consommer sans modération!
  • Contact

Profil

  • lahune

Abonnement

Abonnez vous en cliquant sur l'espace "Abonnement" situé en bas à droite

Faites connaître à voscontacts et invitez les à nous rejoindre

Recherche

La Hune, pourquoi ?

La hune, sur les anciens navires, c’était la petite plate-forme située en haut du mât sur laquelle on envoyait un matelot pour surveiller la mer, les autres bateaux, voir s’il y avait des récifs… aujourd’hui, alors que les nuages de la crise économique ne cessent d’inquiéter, alors que celui qui a été élu capitaine du vaisseau « France » et ses courtisans semblent plus doués pour faire du vent plutôt que de s’occuper à rendre un peu moins pénibles les conditions dans lesquelles rame un équipage qui pourtant, avait souhaité atteindre de nouveaux horizons… disposer d’une modeste hune supplémentaire ne saurait faire de mal ; c’est la petite finalité d’un ènième blog comme celui-ci.

 

La hune, c’est aussi la « une » des journaux écrits, radios et télévisions, avec un « h » en plus… un h, parfois peut être aussi une hache, non pour pourfendre les journalistes qui dans leur ensemble font leur travail avec beaucoup de conscience, mais de temps en temps, pour rappeler que la médiatisation outrancière de l’information, sa mise en scène à grands coups de paillettes au mépris de règles élémentaires de ce qui doit être prioritaire, doivent être dénoncées comme la vigie le faisait du haut de la hune pour indiquer un danger.

 

Enfin, dans la pénombre dans laquelle nous tentons de nous diriger, on peut caresser le rêve que grâce à tous ceux qui apporteront leur contribution, la hune sera là de temps en temps pour donner un peu plus de clarté « hunaire » au milieu de la nuit dans laquelle voudraient nous laisser dormir des femmes et des hommes politiques de tous bords…

 

A vos plumes, mille sabords !

Bonnes Feuilles ...

Catégories

Les Copains D'abord