Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 10:40

Monsieur le Président,

 

Cocorico karaoké, cocorico karaoké ! Cette exclamation résume parfaitement la première impression que m’a laissée votre si judicieuse intervention à l’encontre de Madame Taubira. Tel le jeune coq dont vous avez conservé les manières depuis votre entrée au sein du poulailler politique, vous vous dressiez sur vos ergots pour réclamer une fois de plus la démission de la Ministre. Avant vous, la grosse poule blonde du FN avait fait la même chose en s’insurgeant contre le fait que la Ministre n’avait pas chanté la Marseillaise lors de la commémoration de l’abolition de l’esclavage en France…

Il faut reconnaître que l’hymne national n’est sans doute pas une musique de nature à adoucir les mœurs politiques. Le 1er mai dernier, jetant un œil distrait sur mon téléviseur dont j’avais opportunément coupé le son, je voyais l’image d’une femme au regard allumé chanter avec un entrain digne d’un concours de l’Eurovision. J’ai d’abord cru que l’on avait ressorti des images d’archives de Marraine Lapine (car c’était elle) filmée à l’issue de la fête de la bière à Munich, mais non ! J’ai soudainement réalisé qu’elle affichait ce sourire jouisseur en chantant « le sang impur qui abreuve nos sillons » à l’occasion de la manif du FN pour célébrer Jeanne d’Arc. Remarquez, mon cher Copé, que puisque les paroles de la Marseillaise étaient destinées à des soldats Français qui s’en allaient combattre toutes les autres nations de notre continent, on ne peut guère s’étonner qu’en pleine campagne pour les élections européennes, madame Lapine enfourche tout ce qui est de nature à dresser l’esprit franchouillard contre « l’étranger ». A ce titre, La Marseillaise et ses paroles insupportables fait partie de l’arsenal classique de l’extrême droite. Paroles réellement insupportables qui, si un citoyen « normal » les proférait à l’encontre d’un voisin ou d’un collègue de travail d’origine étrangère, lui vaudraient de tomber sous le coup d’une mise en examen pour incitation à la haine raciale ! En reprochant à Christine Taubira de ne pas chanter à plein poumons l’hymne national, le FN démasque une fois de plus son idéologie national-totalitarisme. Obliger à chanter, obliger à dire, relève de ce que Roland Barthes dénonçait lorsqu’il écrivait que le fascisme véritable, ce n'est pas d'empêcher de dire, c'est d'obliger à dire.

Je vous fais ce crédit que le motif de votre courroux envers la Ministre de la Justice n’était pas tant le fait qu’elle n’ait pas chanté la Marseillaise que l’argument qu’elle a employé pour justifier sa réserve. « Certaines circonstances appellent davantage au recueillement [...] qu'au karaoké d'estrade »… Expression insupportable pour vous qui vous jetez tête baissée dans une polémique dont au mieux, vous ressortez ridicule et au pire, vous fait apparaître comme suspect de racisme. Il faut vraiment que vous soyez aux abois pour saisir les plus mauvaises occasions qui se présentent pour essayer d’exister médiatiquement et politiquement. Je sens bien que plusieurs choses vous tracassent en ce moment :

En premier lieu, et en dépit de vos bons résultats aux municipales, l’UMP est talonnée par le FN qui prétend au leadership de la droite en France. Tout se passe alors comme si, pour éviter de vous faire dépasser par ce concurrent, vous lui colliez aux basques en toutes circonstances et sur n’importe quel sujet. L’affaire du karaoké en est une illustration mais ce n’est pas la seule. Permettez-moi, mon cher Jean-François de vous faire observer que marquer ainsi Marraine Lapine à la culotte, cela ne sent pas bon. Politiquement, j’entends évidemment. Tant que l’UMP aura à cœur de rester un parti républicain et un parti de gouvernement, vous serez toujours perdant sur le terrain de la démagogie et du populisme, face à un FN qui ne reculera jamais devant les coups les plus ignobles. La même remarque pourrait s’adresser au Front de Gauche qui a largement perdu ses combats électoraux face à l’extrême droite dans le Nord de la France.

En second lieu, j’imagine que sur un plan interne à votre parti, vous ne recueillez pas d’avis unanimement favorables tant sur l’action que vous menez qu’en ce qui concerne votre propre avenir. En d’autres termes, vos ambitions sont largement supérieures au capital de sympathie dont vous bénéficiez en interne comme en dehors de l’UMP. Alors, il vous faut exister coûte que coûte, en saisissant le premier micro à votre portée pour parler de tout et n’importe quoi, et même s’il le faut, du premier karaoké venu ! Tout cela n’est pas bien sérieux et au risque de vous décevoir, vos talents de comédien ne sont pas à la hauteur de vos ambitions. Vous sur-jouez péniblement dans le rôle du patriote offusqué mais personne n’y croit. Vous n’y êtes pas plus crédible que dans l’habit de victime que vous aviez endossé dans la très sombre affaire Bygmalion, affaire dans laquelle et avec votre aval, votre parti a versé 20 millions d’euros à une agence de communication tenue par vos proches et dont une grande partie des prestations ne sembleraient avoir existé que sur le papier.

Votre avenir de comédien me semble tout à fait bouché et les festivaliers de Cannes ne risquent pas de vous donner la moindre palme. En revanche, ce que vous craignez peut-être, c’est que dans les mois à venir, un nouveau film dont vous seriez totalement absent ne surgisse sur nos écrans. Le scénario est en cours d’écriture et son titre pourrait même être « l’année de la Juppé » !

 

A vous lire,

 

Pour « la hune »

Dominique Rossignol

Partager cet article

Repost 0
Published by lahune - dans élections 2012
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LA HUNE
  • LA HUNE
  • : humeurs, bonnes ou mauvaises, mais à consommer sans modération!
  • Contact

Profil

  • lahune

Abonnement

Abonnez vous en cliquant sur l'espace "Abonnement" situé en bas à droite

Faites connaître à voscontacts et invitez les à nous rejoindre

Recherche

La Hune, pourquoi ?

La hune, sur les anciens navires, c’était la petite plate-forme située en haut du mât sur laquelle on envoyait un matelot pour surveiller la mer, les autres bateaux, voir s’il y avait des récifs… aujourd’hui, alors que les nuages de la crise économique ne cessent d’inquiéter, alors que celui qui a été élu capitaine du vaisseau « France » et ses courtisans semblent plus doués pour faire du vent plutôt que de s’occuper à rendre un peu moins pénibles les conditions dans lesquelles rame un équipage qui pourtant, avait souhaité atteindre de nouveaux horizons… disposer d’une modeste hune supplémentaire ne saurait faire de mal ; c’est la petite finalité d’un ènième blog comme celui-ci.

 

La hune, c’est aussi la « une » des journaux écrits, radios et télévisions, avec un « h » en plus… un h, parfois peut être aussi une hache, non pour pourfendre les journalistes qui dans leur ensemble font leur travail avec beaucoup de conscience, mais de temps en temps, pour rappeler que la médiatisation outrancière de l’information, sa mise en scène à grands coups de paillettes au mépris de règles élémentaires de ce qui doit être prioritaire, doivent être dénoncées comme la vigie le faisait du haut de la hune pour indiquer un danger.

 

Enfin, dans la pénombre dans laquelle nous tentons de nous diriger, on peut caresser le rêve que grâce à tous ceux qui apporteront leur contribution, la hune sera là de temps en temps pour donner un peu plus de clarté « hunaire » au milieu de la nuit dans laquelle voudraient nous laisser dormir des femmes et des hommes politiques de tous bords…

 

A vos plumes, mille sabords !

Bonnes Feuilles ...

Catégories

Les Copains D'abord