Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 10:22

 

Quand le 21 mai dernier, Jean François Copé a présenté les candidats de l’UMP aux prochaines législatives, on a tout de suite compris que ce n’était pas la journée de la jupe ! Exit les femmes qui ne présentaient pas assez de chances d’être élues ! Préservons les sortants de sexe masculin a décidé le secrétaire Général qui a « plaidé coupable » le fait de ne pas pouvoir appliquer la loi sur la parité ! A son grand regret, l’UMP ne présentera que … 30% de femmes ! En 2010, on pouvait lire dans le Figaro : À l'Assemblée comme au Sénat, les femmes ne représentent que 20% des parlementaires. En mai dernier, François Fillon s'était ému de la situation et avait défendu l'idée de sanctions financières «insupportables» pour les mauvais élèves, faisant son mea culpa: «On préfère payer quand c'est encore possible de le supporter. » C’est tout de même un comble ! Voter une loi pour se dispenser de l’appliquer ensuite et ainsi, faire le choix de payer les sanctions prévues relève d’un sens tout à fait particulier de l’exemplarité. La sanction financière sera certainement lourde pour l’UMP mais le parti saura faire appel à ses grands donateurs pour payer l’addition. L’argent permet aux puissants de s’affranchir du respect des règles qui s’imposent au commun des mortels. C’est la même chose en ce qui concerne les communes qui préfèrent payer des amendes plutôt que de construire des HLM sur leur territoire ; idem pour les entreprises qui sont sanctionnées financièrement parce qu’elles ne se donnent pas les moyens d’intégrer des handicapés…Toujours est-il qu’à l’UMP, le besoin d’argent risque de se faire sentir et la célèbre phrase de Georges Marchais prononcée le 21 janvier 1980 a toutes les chances de revenir d’actualité : on imagine le trésorier de l’UMP pouvant s’adresser ainsi à une grande donatrice du parti habitant Neuilly : « Liliane (B.), fais tes valises (d’argent liquide), on rentre à Paris (via la Suisse) ! ».

 

Ce non-respect de la règle est monnaie courante (si l’on peut dire) chez les plus nantis de nos compatriotes qui n’hésitent pas à frauder délibérément le fisc, voire à préférer l’exil fiscal. Le sens de la solidarité de ces artistes ou de ces sportifs dits « de haut niveau » mais de basse moralité réapparaît au grand jour à l’heure où se termine le festival de Cannes, où débute le tournoi de Roland Garros et à la veille de l’Euro de foot. « Allumez le feu ! » chantait l’un de ces exilés il y a quelques années… Johnny Hallyday dont la popularité est à ce point en chute libre que sa tournée d’adieu risque fort, elle, de faire long feu ! Il pourra toujours se consoler en demandant des droits d’auteurs à tous les cadres du parti de Jean François Copé et de François Fillon qui depuis quelques jours, chantent eux aussi à tue-tête « A l’UMP, le feu ! A l’UMP, le feu ! »… Il faut dire que le torchon brûle entre les deux prétendants à la fonction de leader naturel du parti et que la guerre ne fait que commencer. Un armistice a été trouvé provisoirement pour permettre à l’ex Premier Ministre d’être candidat aux législatives à Paris, Copé ayant accepté de sacrifier sur l’autel du parti la candidate « naturelle » qu’était Rachida Dati. Décidément, pour celle qui sacrifie tellement à son look vestimentaire, ce n’était ni la journée de la jupe, ni même l’année de la jupe ! Fillon prend comme à son habitude un risque inconsidéré en se présentant dans le 7ème arrondissement de la capitale dont le prix de l’immobilier est dissuasif autant pour les rats des sous-sols et les termites des charpentes que pour le moindre électeur de gauche ! Le courage politique du parachuté est resté le même et on se prend à rêver que quelques électeurs de la circonscription se réveillent et lui donnent une petite leçon… en s’offrant un petit festival de Khan (Alex), c’est à dire en déposant dans l’urne un bulletin au nom de ce candidat du PS dans le 7ème arrondissement.. Mais ne rêvons pas !

 

La bataille des « leaders naturels » de l’UMP bat donc son plein et « la Hune » ne manquera pas de se comporter en digne correspondant de guerre. Cette bataille fera des victimes et peut-être d’ailleurs, les deux protagonistes qui ambitionnent d’occuper le siège du commandant qui pilotera l’avion UMP vol 2017 à destination de l’Elysée. Un troisième homme pourrait alors s’imposer… l’UMP a raté la journée de la jupe en mai 2012 mais 2012 pourrait bien être l’année de la Juppé… à suivre !

 

 

dr

Partager cet article

Repost 0
Published by lahune - dans élections 2012
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LA HUNE
  • LA HUNE
  • : humeurs, bonnes ou mauvaises, mais à consommer sans modération!
  • Contact

Profil

  • lahune

Abonnement

Abonnez vous en cliquant sur l'espace "Abonnement" situé en bas à droite

Faites connaître à voscontacts et invitez les à nous rejoindre

Recherche

La Hune, pourquoi ?

La hune, sur les anciens navires, c’était la petite plate-forme située en haut du mât sur laquelle on envoyait un matelot pour surveiller la mer, les autres bateaux, voir s’il y avait des récifs… aujourd’hui, alors que les nuages de la crise économique ne cessent d’inquiéter, alors que celui qui a été élu capitaine du vaisseau « France » et ses courtisans semblent plus doués pour faire du vent plutôt que de s’occuper à rendre un peu moins pénibles les conditions dans lesquelles rame un équipage qui pourtant, avait souhaité atteindre de nouveaux horizons… disposer d’une modeste hune supplémentaire ne saurait faire de mal ; c’est la petite finalité d’un ènième blog comme celui-ci.

 

La hune, c’est aussi la « une » des journaux écrits, radios et télévisions, avec un « h » en plus… un h, parfois peut être aussi une hache, non pour pourfendre les journalistes qui dans leur ensemble font leur travail avec beaucoup de conscience, mais de temps en temps, pour rappeler que la médiatisation outrancière de l’information, sa mise en scène à grands coups de paillettes au mépris de règles élémentaires de ce qui doit être prioritaire, doivent être dénoncées comme la vigie le faisait du haut de la hune pour indiquer un danger.

 

Enfin, dans la pénombre dans laquelle nous tentons de nous diriger, on peut caresser le rêve que grâce à tous ceux qui apporteront leur contribution, la hune sera là de temps en temps pour donner un peu plus de clarté « hunaire » au milieu de la nuit dans laquelle voudraient nous laisser dormir des femmes et des hommes politiques de tous bords…

 

A vos plumes, mille sabords !

Bonnes Feuilles ...

Catégories

Les Copains D'abord