Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 12:17


Le dernier numéro du « Canard enchaîné » relate l’altercation entre Nadine Morano et le néo président de l’UMP le 9 décembre. La Nadine s’est vu proposer un poste de secrétaire nationale chargée de la formation professionnelle et de l’apprentissage qu’elle a refusé, estimant qu’il s’agissait d’une rétrogradation. Elle n’a pas tout à fait tort quand on imagine un instant l’immense préoccupation que doit représenter la formation professionnelle pour Nicolas Sarkozy dans sa stratégie pour 2017 ! Mais là n’est pas le propos. La cordialité de l’entretien du 9 décembre ne s’est pas démentie par la suite, le néo président se lâchant dans un sublime «Quoi ? Tu me dis non ?"… « Comment tu me parles, alors que j'ai tout fait pour toi ?" … "Je t'ai nommée ministre contre tous les connards qui ne voulaient pas que tu entres au gouvernement »…

L’emploi du terme « connard » revient de plus en plus fréquemment dans la bouche du président de l’UMP. Une brève lecture de ses propos récents vient nous rappeler quelques-unes de ses saillies. Qu’on en juge :

En 2007, les Bretons avaient reçu le compliment de la bouche du tout nouveau chef de l’Etat en déplacement en Bretagne ! Une vidéo montre Sarkozy disant à un pêcheur « je vous apporte le beau temps », à quoi le marin répond « En Bretagne, il pleut que sur les cons ! », ce qui lui vaut cette réplique pleine de tact de l’élégant Président « il doit pleuvoir souvent, alors ! »… Nous avions eu droit au fameux « casses toi, pauv’con : » du salon de l’agriculture, adressé à un visiteur qui n’avait pas souhaité saisir la blanche main tendue du maître d’alors de l’Elysée. Il pourra se consoler en constatant qu’il n’était qu’un connard parmi d’autres tels Copé et Fillon dont « L’Express » révélait en mai 2013 que Nicolas Sarkozy les avait qualifié ainsi devant un député UMP. Récidive en septembre 2013 toujours selon « L’Express » où l’on avait découvert que le petit caporal refusait d’être interviewé par « ce connard d’Apathie ». En octobre 2014 et toujours selon le « Canard enchaîné », c’est Bruno Lemaire, son rival dans la conquête de l’UMP qui a droit au qualificatif… « ce connard que j’ai fait ministre »…

Comme on le voit les proches de Nicolas Sarkozy ne sont à ses yeux que des connards. Que dire alors de ceux qui en sont plus éloignés, comme les militants de base de l’UMP, et pire, ceux qui ne pensent pas que du bien de l’ex chef de l’Etat ? Il faut que nous nous fassions une raison, nous ne sommes tous que des connards. Et quand je pense que l’ambition du petit caporal est en 2017, de régner sur ce pays de connards, je me demande avec angoisse si l’argent de l’UMP va servir à faire campagne pour le futur roi des cons…

 

dr

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article
14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 15:47

Pierre Gattaz a reçu Nicolas Sarkozy à déjeuner vendredi 12 décembre. Rien n’a filtré de ce que les deux convives ont échangé mais le suspense est loin d’être insoutenable car ce qui comptait pour le petit caporal (qui probablement était demandeur de cette rencontre), c’était de montrer que le MEDEF serait à ses côtés dans sa course à l’Elysée… Quel scoop !

Pierre Gattaz est-il un interlocuteur crédible ? C’est toute la question. Il est arrivé à ravir la présidence du MEDEF au terme d’une campagne très dure à l’égard de Laurence Parisot et surtout, en prônant une attitude très agressive vis-à-vis du monde syndical dans son ensemble. A la suite de l’élection de François Hollande, il a fait flèche de tout bois pour obtenir les cadeaux fiscaux qui, sans qu’il signe le moindre engagement en ce sens, pourraient permettre de créer 1 million d’emplois (cf le badge en ce sens qu’il arborait à la boutonnière).

Aujourd’hui, Pierre Gattaz multiplie les provocations de toutes natures en réclamant pêle-mêle la fin des 35 heures, une réforme des seuils sociaux, l’abrogation des dispositions sur le compte pénibilité etc… sans pour autant prendre le moindre engagement sur l’emploi.

Pierre Gattaz est-il la marionnette dont les fils seraient tirés par les pourvoyeurs de fonds que sont les grandes entreprises du CAC 40 ? On comprendrait mieux alors le déjeuner d’un vendredi entre une marionnette et le petit pantin de l’UMP, sorte de remake décalé du dîner de cons. Autre hypothèse, Pierre Gattaz serait comme ces femmes qui se font entretenir par leurs soupirants sans jamais leur accorder la moindre faveur. Cela à un nom, tout comme les hommes qui vivent aux crochets de vieilles dames en leur rendant visite de temps en temps pour repartir avec une enveloppe en papier kraft dans la poche. Le déjeuner du vendredi 12 décembre prendait alors une autre signification…

Toujours-est-il que Manuel Valls qui a fait les yeux doux à Pierre Gattaz la trouve quelque peu saumâtre ! Il serait temps de comprendre qu’il y a beaucoup mieux à faire qu’à courir après le MEDEF. Privilégier le dialogue avec les acteurs sociaux les plus sérieux et respectables devient un impératif et en ce sens, il vaut certainement mieux écouter la CGPME que le MEDEF, et la CFDT que F.O… D’un côté, des chefs d’entreprise, avec les difficultés inhérentes à dialoguer avec leur organisation et son cortège de corporatismes, mais aux prises avec l’économie réelle ; de l’autre côté, l’organisation syndicale la plus réfléchie, la plus réaliste et certainement la plus respectueuse de l’intérêt général.

On ne sait ce qu’ont mangé les deux compères du déjeuner du vendredi 12 décembre, mais on ne serait pas étonné d’apprendre un jour qu’il y avait au menu un dindon de la farce…

dr
 

Repost 0
Published by lahune - dans économie-social
commenter cet article
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 10:13

…L’une des deux tombe à l’eau, qu’est ce qui reste ? Non, en fait, ce n’est pas la réalité de l’histoire. Il y a quelques années, les deux enfants étaient sur un paquebot (c’est ainsi que s’appelait l’immeuble du siège du FN), immeuble qu’il fallut vendre pour éviter la banqueroute du parti. A cette époque, le FN n’avait pas encore décidé de recourir à une banque russe pour se remettre à flots. De nos jours, l’admiration portée à Poutine par Blondasse lui a ouvert, semble-t-il, la porte du coffre-fort de la banque en question. Vladimir Poutine doit d’ailleurs être un peu envieux de Blondasse qui a fait légèrement mieux que lui en se faisant élire présidente du FN avec 100% des voix ! Le nec plus ultra pour un score de dictature…

Blondasse et blondinette ont depuis quelques temps, entamé une croisade pour le respect de la laïcité. On serait presque tentés de leur emprunter le pas, si ce n’est que leur conception de la laïcité est à géométrie très variable et que cette croisade est d’abord dirigée contre les musulmans. Elles s’opposent au port de signes ou symboles religieux (musulmans) dans l’espace public mais sortent becs et ongles pour défendre la crèche installée dans la mairie de Béziers ! La réalité est que derrière cette pseudo-croisade se cache (mal) la volonté de créer un réflexe anti arabe, sous prétexte de lutter contre l’islamisme radical. Pas question évidemment pour les héritières de Le Pen père de dénoncer les intégristes catholiques, amis de blondinette, alias poupée Barbie (clin d’œil à son grand père qui a gagné beaucoup d’argent en vendant des disques de chants SS du 3ème Reich qui n’auraient pas déplu à l’autre Barbie prénommé Klaus), poupée Barbie qui participe régulièrement aux marches de la manif pour tous.

Reste que cette histoire de crèche installée dans les lieux publics mérite-t-elle autant de fureur ? La vraie laïcité qui doit être ardemment défendue dans notre république ne mérite-t-elle pas mieux que des combats qui risquent d’apparaître d’un autre âge ? Nos enfants risquent-ils vraiment d’être victimes du prosélytisme débridé consécutif à l’installation d’une crèche au Conseil Général de Vendée ? La laïcité radicale ira-t-elle jusqu’à interdire les tableaux représentant la nativité dans les musées publics, à débaptiser la gare Saint Lazare pour l’appeler gare Monsieur Lazare ? Il me semble que l’on devrait être plus choqués par le coût des illuminations publiques, la débauche de publicité et les débordements marketing de la période de Noël, qui font saliver les plus pauvres et ne concernent plus le nombre croissant de ceux qui, eux, crèchent dans la rue.

Il y a parfois des pavés qu’on croit jeter dans la mare et qui ne sont que de petits cailloux lancés dans un bénitier… et qui ratent leur cible.

dr
 

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 14:25

Nana Mouskouri revient sur scène à 80 ans. Après avoir terminé sa tournée d’adieu en juillet 2008, la chanteuse va de nouveau nous susurrer à l’oreille l’enfant au tambour ou sans chemise, sans pantalon… On croyait qu’elle coulait des jours heureux (et nous aussi), profitant d’une retraite bien méritée, mais non ! Nana redescend à nouveau de l’Olympe, exemple vivant pour tous ceux qui prônent le recul de l’âge de la retraite à 70 ans et plus.

Autre retour qui ne passe pas inaperçu, c’est celui du petit caporal Sarkozkis. L’étendue de sa culture l’inclinerait à préférer la scène de l’Olympia aux richesses de l’Olympe, d’autant plus que lui aussi sait très bien jouer du tambour pour ameuter médias et journalistes. Il se pavane en accueillant ou en raccompagnant ses invités du jour, confondant sans doute le hall d’entrée de l’UMP avec le perron de l’Elysée. Sa démarche bizarre a fait dire à l’excellente chroniqueuse de France Inter Charline Vanhoenacker, qu’on a l’impression qu’il s’en est coincé une… Dame, passer du fauteuil présidentiel à la selle de vélo d’appartement n’est sans doute pas sans comporter quelques inconvénients. Toujours est-il que notre petit néo-président de l’UMP continue son numéro d’équilibriste en nommant Wauquiez secrétaire général du parti et son contraire, NKM, vice-présidente ! Le premier est un fidèle marcheur de la manif pour tous, partisan de l’abrogation de la loi Taubira, partisan d’une Europe protectionniste à 6 membres seulement, se prenant pour un cancérologue lorsqu’il vilipende les chômeurs en dénonçant le « cancer de l’assistanat ». La seconde a pris des positions extrêmement différentes et en première lecture, on pourrait suspecter Sarkozy de totale incohérence…

Sauf qu’il ne faut pas chercher la cohérence Sarkozienne dans l’octroi des responsabilités et des postes mais dans l’élimination des adversaires potentiels. Il nomme des « jeunes » pour mieux les contenir. Quand on sait quel cas faisait l’ex Président de son Premier Ministre Fillon, on mesure l’immensité du rôle dévolu à NKM, vice-présidente au sein d’un organigramme centré sur un chef qui ne conçoit le rassemblement qu’autour de son nombril. Les adhérents de l’UMP peuvent cependant être rassurés sur un point, les vices continueront à y prospérer mais la vertu n’y sera toujours pas la bienvenue.

Il va être difficile pour Juppé de trouver sa place face à celui qui va monopoliser la parole UMP et qui va mettre toute la machine du parti à son seul service. Le programme du Sarkocandidat de 2017 sera le programme officiel du parti. Juppé a l’opinion pour lui mais que vaudra l’opinion face à la machine ? Comment cultiver sa différence sans devenir hérétique et de quels moyens disposera-t-il ?

…A moins que d’ici là, la Justice rattrape le petit caporal qui pourrait se retrouver à son tour, lui, sans chemise et sans pantalon !

dr

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 11:49

Lundi 1er décembre, les patrons étaient dans la rue ! Le moment est donc bien choisi pour dresser sommairement une petite typologie des patrons…

A tous saigneurs, tout honneur, il y a les patrons du CAC 40, ceux qui financent largement le MEDEF, qui le poussent à manifester, à surenchérir, à réclamer l’impossible, à dénoncer pêle-mêle le Code du travail, les 35 heures, l’impôt de solidarité sur la fortune, l’obligation de motiver un licenciement etc… Mais ceux-là n’étaient pas dans la rue, hier, trop occupés à jouer au Monopoly et à s’échanger les places d’administrateurs dans les grands groupes…

Une deuxième catégorie, nettement plus recommandables et qui manifestait en masse ce 1er décembre, ce sont les patrons de PME, qui, eux, font tourner la machine économique comme ils peuvent, obligés de supporter à la fois le poids des charges en France (l’optimisation fiscale, ce n’est pas pour eux, les délocalisations non plus) et la lourdeur des contrôles et des formalités administratives (il en reste). Ceux-là savent encore revêtir le bleu de chauffe quand il le faut et leur voix mérite d’être écoutée… même si de temps en temps, certains crient bien avant d’avoir mal.

Il y a une troisième catégorie qui recrute ses effectifs de temps en temps dans les deux qui précèdent : les patrons-voyous, peu nombreux mais champions de la fraude fiscale, du dégraissage d’effectifs pratiqué simultanément avec la distribution de dividendes, voire du dépôt de bilan assorti d’enrichissement personnel, et réouverture du magasin dès le lendemain sur le trottoir d’en face. Ceux-là manifestaient également hier, arborant le cadenas pour « décadenasser » l’économie française, avec aussi dans la poche, la clé des champs pour aller blanchir quelques excédents, en Suisse ou ailleurs.

Rien à voir avec tout ça : Sarkozy a été élu patron de l’UMP. Rien à voir ? pas si sûr… C’est l’ami des patrons du CAC 40 avec qui il aime tant parader ; il va changer l’enseigne du magasin UMP qui va devoir déposer le bilan à force de crouler sous les dettes. Il va se réinstaller aussitôt dans une autre rue. Il est adepte du non-appauvrissement personnel (autre forme d’enrichissement personnel) en demandant à son entreprise, après l’avoir acculé à la faillite, de payer ses amendes à sa place… Dans quelle catégorie faut-il le placer ?

dr
 

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 11:59

Ils nous avaient promis une élection de maréchal, Sarkozy devait récolter 80% des suffrages des militants UMP pour la désignation du président du parti… Certes, il est élu sans surprise, mais avec 67% des voix, ce n’est qu’une élection de petit caporal. Tout porte à croire que le petit caporal va maintenant poursuivre son programme d’épuration de l’appareil. On va marginaliser en douceur les opposants, les pro-Le Maire et les pro-Juppé pour les priver de base, les priver de relais et avoir le monopole de la parole d’opposition. On va changer le nom, refonder les statuts de telle sorte que la primaire soi-disant « ouverte » pour la désignation du candidat à la présidentielle de 2017 ne soit qu’entrebâillée. Après avoir couru après les voix les plus à droite de l’UMP, notre petit caporal va élargir son discours vers le centre, non pas pour rallier Bayrou (au contraire, il faut le tuer, celui-là, pour décrédibiliser Juppé), mais pour tenter de rassurer ses électeurs. Sombre dimanche que ce 30 novembre où l’on se réveille avec le sentiment que l’UMP, en se mettant au garde à vous derrière le petit caporal, se révèle réellement gangrenée par une droite revancharde qui a adopté les postures et le discours de la droite extrême et franchouillarde. Maréchal, nous y revoilà avec Marion Le Pen Maréchal. Son ascension fulgurante laisse pantois celui qui croirait naïvement que le FN est un parti démocratique. Mais évidemment, ce n’est pas le cas ! Le Pen père a installé sa fille aux commandes et les adhérents n’ont plus maintenant le choix qu’entre le plébiscite ou la mise au placard. Le Pen père et sa fille ont installée Marion dans le Vaucluse, dans ces terrains conquis du sud-est de la France où le ramassage des voix poujadistes devient une industrie prospère. Là encore, comme à l’UMP, c’est la frange la plus traditionnelle et réactionnaire du FN qui marque des points en plébiscitant une petite poupée Barbie au comité central du parti. Sombre dimanche pour tous ceux qui ont passé l’âge de jouer à la poupée et au petit soldat de plomb… plombé espérons-le par des affaires qui le rattraperont bien un jour.

dr

Repost 0
Published by lahune
commenter cet article
29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 11:50

Plus qu'un chasseur, Franck est un prédateur. Il ne tire pas sur tout ce qui bouge, il rôde, il épie, il choisit, et soudain il fond sur sa proie, sans autre objectif que tuer ou blesser. L'armée n'a pas accepté de l'envoyer dans ces contrées exotiques dont il rêvait et dont il rêve toujours. C'est là, peut-être, qu'il aurait connu le bonheur. Ce bonheur dont il ne veut pas ici, dans ces plaines de Picardie embrumées et boueuses.

Ces femmes qu'il agresse, et qui sont jolies comme est jolie la photo du poster qui orne sa cambuse, elles détonnent dans le paysage de Franck. Mais il s'est habitué à cette nature-la, il l'a apprivoisée, il aime la forêt, il la lègue à son petit frère, le seul qui lui inspire un peu de compassion. Celui-là devra être aussi fort que lui, il doit s'entraîner avec lui, courir, tirer, ramper.

Partir, s'échapper du réel. Fuir ces hideux vers de terre qui envahissent ses délires schizophrènes. Il ne supporte pas la laideur, Franck, ni les cheveux dans le lavabo. Il ignore tout de l'amour et quand l'amour vient à lui, il dit sans détour que ce n'était pas agréable. Le plaisir, il ne sait pas ce que c'est, Franck. Même tuer ne lui procure aucun plaisir et le plonge au contraire dans un profond désarroi.

C'est tromper son monde qui le fascine. Aller jusqu'à se "ramboïser" pour éconduire les collègues gendarmes qui sont à sa poursuite, jouer au héros sans idéal. Se frotter au plus près du danger d'être identifié sous son képi de brigadier. Se dépasser soi-même pour mieux observer les autres, avec hauteur. Parce qu'à ses yeux, tout ce qui l'entoure est sale.

La véritable histoire dont s'est inspiré Cédric Anger s'est déroulée dans l'Oise, mais ce sont les plaines et les rues du Pas-de-Calais qu'il a filmées, et qui sont les véritables seconds rôles de ce film à l'atmosphère poisseuse.

Guillaume Canet (Franck) est probablement en route pour concourir aux César, Leviathan déchiré, humilié, en quête de reconnaissance plus que d'amour, totalement égaré, mais fin manipulateur.

Ana Girardot (Sophie) , fille d'Hippolyte mais sans lien de parenté avec Annie, est une amoureuse discrète et sensible, dont on retiendra le prénom.

Jean-Yves Bertherloot (colonel Lacombe), repéré dans la série TV Les limiers, finit par imposer sa belle gueule dans un film qui comptera certainement dans sa carrière.

Car sans être un "grand" film, La prochaine fois je viserai le cœur, est un film de ceux qui passent et repassent à la télévision le dimanche soir. Un film honnête qui décrit le mal-être d'un homme avec une justesse presque clinique, au plus près de son personnage central.

Et la petite guerre policiers-gendarmes apporte quelques touches de légèreté en même temps qu'un peu de détente.

Détente ? Encore un mot qui tue.

ML

"La conception du surhumain fut donc, selon Nietzsche, le fruit d'erreurs d'interprétation de l'homme sur lui-même (il a pris ses aspirations animales pour des inspirations divines), du dégoût et d'une insatisfaction qui le poussait à chercher son assouvissement dans un ailleurs imaginaire. C'est ainsi que les pulsions de l'animal-homme furent éduquées et structurées, en sorte de ne plus désirer qu'une consolation supra-terrestre " - Wikipedia.

voir ici la bande-annonce http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19547832&cfilm=221898.html

Repost 0
Published by lahune
commenter cet article
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 12:11

« Et la tendresse, bordel ? » est le titre d’un film français sorti en 1979, dans lequel on peut entendre Jean-Luc Bideau dire en commentant un match de boxe à la télévision, « C'est ça le monde mon vieux! Les plus forts qui gagnent, les plus faibles qui s'écrasent et puis les autres qui regardent. »

Et la tendresse, Bordelais ? Ce pourrait être le titre du spectacle pitoyable donné par les supporters Sarkozystes huant et sifflant Alain Juppé, maire de Bordeaux, qui avait le toupet de demander à nouveau l’application de la règle édictée par les dirigeants du parti, à savoir, l’organisation de primaires ouvertes. Les siffleurs n’étaient guère différents des spectateurs de salles de boxe réclamant le KO de l’adversaire de leur champion.

Nul n’est prophète en son pays, serait-on tenté de dire, sauf qu’en la circonstance, et à en croire le journal Libération, les siffleurs n’étaient pas spécialement Bordelais mais étaient majoritairement constitués de sarkozystes venus de tout le grand sud-ouest et même de Bretagne, acheminés dans des cars mis à leur disposition (par qui ?) et venus là pour idolâtrer le chef. Ces procédés, dignes des déplacements des supporters du PSG, s’apparentent plus aux techniques de la CGT qu’au fonctionnement normal d’un parti démocratique. Si nul n’est prophète en son pays, Sarkozy tenait, lui, très bien le rôle du faux prophète, du faux ami, bref, du faux cul qui a tout fait pour entraîner son rival dans un traquenard. Car qui pourrait croire, connaissant la perversité de ses comportements politiques, que tout cela n’était pas orchestré ?

Comme nous l’écrivions sur  La hune le 15 octobre, le coup d’Etat interne à l’UMP est en bonne voie.

Pas sûr cependant qu’en fin de compte, l’arroseur ne devienne pas l’arrosé, lorsque les électeurs de la primaire de l’UMP devront faire le choix raisonné de leur candidat. Et s’ils ont besoin d’un tuyau d’arrosage, La hune prêtera volontiers un Karcher…

 

dr

Repost 0
Published by lahune - dans économie-social
commenter cet article
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 10:31

 

Ce Mariton devant Le Maire, c’est à coup sûr ce que doit souhaiter ce couple d’adhérents de l’UMP, infatigable marcheur de la Manif pour tous, exhibant sa sainte famille toute habillée pour la circonstance de rose et de bleu et impatient de désigner son champion à la présidence du parti…

Se marie-t-on devant le maire ? c’est l’angoissante question que doit se poser ce couple d’homosexuels qui, après les prises de position de Sarkozy, se demande quel statut « différent » attend leur amour, tout aussi respectable il me semble, que celui de la prétendue sainte famille. Leur union étant interdite de rose ou bleue, de quelle couleur sera l’étoile qu’il leur faudra porter pour illustrer leur différence ?…

Alors, pour peu que les membres de notre couple homosexuel soient encartés à l’UMP, ils savent maintenant que pour passer d’encarté à écarté, il suffit de parcourir quelques pas à la Manif pour tous…

Ou tout simplement des écarts démagogiques d’un ex président indigne de le redevenir.

 

dr

Repost 0
Published by lahune - dans économie-social
commenter cet article
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 15:25

 

Les petits hommes verts envahissent la planète foot. Ces petits hommes verts, ce sont les juges, qualifiés en d’autres temps de petits pois, qui s’intéressent à des matches probablement truqués et à des transferts de joueurs avec paiement de rétro-commissions au milieu Corse. Gageons que la Justice ira droit au but et saura sanctionner ceux qui le méritent.

Nous avions eu droit, l’an dernier, au match aller opposant Copé à Fillon pour la présidence de l’UMP. Score final, 0 à 0 pour un match vraiment nul. Le match d’aujourd’hui n’est guère plus passionnant mais le comportement des joueurs sur le terrain mériterait que l’arbitre distribue un certain nombre de cartons jaunes ! « J’vais même vous dire un truc et même un truquage… » pourrait même claironner un des postulants.

Certains spectateurs étaient déjà interdits de stade comme Jérôme Cahuzac ou Thomas Thévenoud. 3 supporters UMP (Lucien Degauchy, Bruno Sido et Bernard Brochand), soupçonnés de copinage avec les banquier suisses méritent eux-aussi de partager cette axclusion. On s’aperçoit cependant aujourd’hui qu’ils ne seraient que des petits joueurs à côté de Serge Dassault qui lui, n’hésiterait pas à truquer les matches à coups de millions d’€uros pour faire gagner son équipe de Corbeilles Essonne.

Fillon semble adepte des croche-pieds, sortes de coups pas trop francs décochés au petit ailier qui joue de plus en plus à l’extrême droite du terrain. Ce dernier qui évolue le plus souvent en position de hors-jeu, est actuellement poursuivi par la Commission de discipline de la Fédération pour s’être dopé en 2012, en doublant les doses d’anabolisants tolérés par les normes régissant son budget de campagne. Il n’hésite pas à s’en prendre à l’arbitre, se roule de douleur par terre pour faire croire au public qu’il est l’innocente victime de ses adversaires (ou même partenaires). Pour réaliser quelques passes, au demeurant vraiment téléphonées, il a même changé le numéro figurant sur son maillot en s’attribuant celui d’un certain Paul Bismuth, joueur obscur de l’équipe de Tel Aviv.

D’autres joueurs de l’équipe enchaînent les fautes. Jérôme Lavrilleux qui tente de se refaire une virginité en taclant Fillon par derrière, a commis une faute de main dans la surface de réparation… plus précisément, il a été pris la main dans le sac, imitant son ancien patron soupçonné d’avoir mis lui aussi la main dans le sac d’une certaine Liliane B… Copé qui tente des reprises de volée n’exécute que de pauvres reprises de voleur avec son sponsor Bygmalion.

Pendant ce temps, Juppé reste au-dessus de la mêlée, feignant de croire qu’il participe, lui, à un match de rugby international et non à une rencontre de foot truquée de Ligue 2.

En tout cas, on espère que la Justice qui doit être le seul arbitre saura distribuer un carton rouge avant 2017…

dr

Repost 0
Published by lahune - dans justice
commenter cet article

Présentation

  • : LA HUNE
  • LA HUNE
  • : humeurs, bonnes ou mauvaises, mais à consommer sans modération!
  • Contact

Profil

  • lahune

Abonnement

Abonnez vous en cliquant sur l'espace "Abonnement" situé en bas à droite

Faites connaître à voscontacts et invitez les à nous rejoindre

Recherche

La Hune, pourquoi ?

La hune, sur les anciens navires, c’était la petite plate-forme située en haut du mât sur laquelle on envoyait un matelot pour surveiller la mer, les autres bateaux, voir s’il y avait des récifs… aujourd’hui, alors que les nuages de la crise économique ne cessent d’inquiéter, alors que celui qui a été élu capitaine du vaisseau « France » et ses courtisans semblent plus doués pour faire du vent plutôt que de s’occuper à rendre un peu moins pénibles les conditions dans lesquelles rame un équipage qui pourtant, avait souhaité atteindre de nouveaux horizons… disposer d’une modeste hune supplémentaire ne saurait faire de mal ; c’est la petite finalité d’un ènième blog comme celui-ci.

 

La hune, c’est aussi la « une » des journaux écrits, radios et télévisions, avec un « h » en plus… un h, parfois peut être aussi une hache, non pour pourfendre les journalistes qui dans leur ensemble font leur travail avec beaucoup de conscience, mais de temps en temps, pour rappeler que la médiatisation outrancière de l’information, sa mise en scène à grands coups de paillettes au mépris de règles élémentaires de ce qui doit être prioritaire, doivent être dénoncées comme la vigie le faisait du haut de la hune pour indiquer un danger.

 

Enfin, dans la pénombre dans laquelle nous tentons de nous diriger, on peut caresser le rêve que grâce à tous ceux qui apporteront leur contribution, la hune sera là de temps en temps pour donner un peu plus de clarté « hunaire » au milieu de la nuit dans laquelle voudraient nous laisser dormir des femmes et des hommes politiques de tous bords…

 

A vos plumes, mille sabords !

Bonnes Feuilles ...

Catégories

Les Copains D'abord