Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 16:12

Des vœux sincères d’abord à deux présidents sortant prochainement : A Barak Obama et François Hollande, on souhaite une bonne année 2017 mais pas la retraite. Tous deux ont commis des erreurs, des faux pas, des maladresses, mais tous deux ont su les reconnaitre et surtout, se sont comportés dans leur fonction avec l’humanité et le sens de l’intérêt général qui grandissent les hommes politiques et les érigent en hommes d’Etat. Bonne année à tous les deux et qu’ils restent vigilants pour nous éclairer.

Vœux brouillés ensuite, à commencer par Nicolas Sarkozy à qui je me permet de souhaiter une bonne Santé, celle qui se trouve 42, rue de la Santé à Paris IXème… et souhaitons que les juges, si d’aventures ils estimaient que l’intéressé est coupable, ne le dispensent pas de peine.

On souhaite aussi bien du plaisir aux Américains et notamment à ceux qui ont le malheur d’être nés noirs ou latino, aux femmes, aux homosexuels, qui vont devoir souffrir pendant 4 ans le président le plus fou, le plus inconséquent, le plus incompétent, le plus immature (j’arrête là) de tous les présidents de démocratie. Mais ces vœux s’adressent autant au reste de l’humanité car c’est l’humanité entière qui peut tout redouter de Trump la mort…

On souhaite au peuple Russe d’avoir un jour la lucidité nécessaire pour se, pour nous débarrasser d’un Poutine qui devient chaque jour plus puissant, plus sanguinaire, plus cynique. Et d’ici là, on souhaite aux amis de Poutine en France, les Le Pen, Mélenchon, Fillon, Poisson, bref, tous ceux qui nagent dans les eaux troubles de l’autoritarisme et de l’impérialisme russe, de boire une bonne tasse à l’élection présidentielle de 2017.

Puisqu’on parle de Fillon, je souhaite à tous les Français de demeurer en bonne santé. A défaut, je leur souhaite de comprendre leur douleur avant de mettre un bulletin Fillon dans l’urne, pour pouvoir continuer à bénéficier de la Sécurité Sociale dans des conditions acceptables.

Des vœux pieux : Je souhaite que les islamistes de tous poils soient une fois pour toutes condamnés par tous les responsables musulmans. Je souhaite que les intégristes catholiques bénéficient du même traitement de la part de la hiérarchie ecclésiastique. Je souhaite que tous ceux qui prétendent tuer, opprimer, imposer un ordre social en se réclamant de leur Dieu subissent d’abord ce qu’ils voudraient imposer aux autres.

Des vœux durs pour finir :

Je ne souhaite pas que Mélenchon connaisse une bonne année politique.

Je souhaite que Marine Le Pen connaisse un échec retentissant à la prochaine présidentielle.

Je souhaite que ces deux vœux durs soient largement partagés et que les Français cessent de croire à ces deux prétendus père ou mère Noël.

dr

Repost 0
Published by lahune - dans humeur
commenter cet article
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 13:22

A peu près au moment où Miss Guyane venait se faire sacrer Miss France en métropole, Miss Rance (alias Marine Le Pen) effectuait une tournée en Guyane, avec un accueil un peu mouvementé à l’aéroport. Le programme de ce voyage est resté confidentiel selon Europe 1, par peur que les « amis d’extrême-gauche de Madame Taubira » ne perturbent une marche qui aurait bien voulu se faire triomphale. Peu de journalistes pouvaient suivre ce voyage par crainte qu’ils ne se fassent l’écho du peu de cas que font les Guyanais des petits pas de Miss Rance en terre inconnue. On peut comprendre cet excès de précaution, surtout après la « sortie » d’un extrême ami de Miss Rance, un certain Henri de Lesquens, déclarant après l’élection de la nouvelle Miss France que « la Guyane n’est pas la France et que la demoiselle qui représente notre pays doit être de race caucasoïde » ! Ce Lesquens qui est par ailleurs le dirigeant de Radio Courtoisie, fut longtemps un allié indéfectible du père Le Pen. Poupée Barbie (Klaus) alias Marion Maréchal Le Pen ne doit pas être trop gênée par ce qui se dit sur les ondes de cette radio brune puis qu’elle n’avait pas hésité à s’y faire longuement interviewé en octobre 2015, en y tenant des propos sur l’immigration qui allaient évidemment dans le sens du poil de la nuque rasée de Lesquens…

Apparemment, il y aurait quand même un peu d’eau dans le gaz mal odorant du FN… La guerre semble assez engagée entre les tenants de la ligne dure (Poupée Barbie et les satellites ultra de la manif pour tous) et les partisans de la stratégie molle susceptible de conduire Miss Rance aux portes du pouvoir. Ce n’est finalement pas très étonnant : dans un parti où la cooptation tient lieu d’élection, le débat qui n’a pas de place institutionnelle réelle est remplacé inéluctablement par la guerre.

Les débats, on va en avoir avec la primaire de gauche. Pas sûr que cela fasse vraiment recette en cette période de fêtes mais on verra bien. Ce qui apparait déjà au travers les déclarations de quelques-uns de nos 7 prétendants, c’est que la démagogie ne sera pas le parent pauvre… Benoit Hamon qui n’est pourtant pas le plus mauvais des candidats, promet d’abroger la loi travail… une promesse qui ne peut que ravir les syndicats les plus rétrogrades qui se contentent de crier et battre le pavé plutôt que de travailler, négocier, chercher le compromis qui seul, peut aller dans le sens de l’intérêt général. Manuel Valls veut supprimer le 49/3 … On souhaite bien du plaisir à son futur Premier Ministre en cas d’avis de coup de vent de fronde au sein de sa majorité. Arnaud Montebourg utilise l’outil idéal pour ratisser large en se prétendant quasiment l’héritier de Chevènement et de DSK, c’est-à-dire pour continuer notre rubrique outillage, qu’il se situerait volontiers entre le fossile et le marteau ! En continuant ainsi, il pourrait bien se le prendre, le râteau…

Difficile pour l’heure de se faire une opinion au vu des prestations de nos camarades ; c’est la raison pour laquelle il me semble que la priorité des priorités, ce sera de choisir le candidat qui sera le plus efficace pour contribuer à la construction européenne, seule voie possible pour échapper au repli identitaire, à l’isolement puis à la faillite économique et sociale, sans parler des menaces accrues sur le plan international que représentent l’impérialisme de Poutine et la folie de Trump. L’Europe est trop souvent le bouc émissaire de politiciens irresponsables. Ceux-là n’auront pas ma voix, qu’ils soient étiquetés à l’extrême-droite ou gauche. Notre présent, notre sécurité, l’avenir de nos enfants, c’est tout cela qui est conditionné par l’avenir de la construction européenne. Le reste, n’en déplaise à Miss Rance…

dr

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 17:34

Ce n'est pas dans les habitudes de "la hune" de faire la promo des copains mais à l'approche de Noêl, faites vous plaisir avec deux idées de cadeaux :

Le premier cadeau, c'est d'aller découvrir le site de Gaby Bonnand, ancien secrétaire national de la CFDT dont les interventions sont toujours pertinentes et particulièrement éclairantes sur les évolutions sociales et sociétales. Découvrez ses articles, faites les partager et n'hésitez surtout pas à vous abonner au même tarif préférentiel que celui de "la hune", c'est à dire zéro, tout ça pour un enrichissement personnel garanti!

L'adresse du site : http://ouvertures.over-blog.com/

Le second cadeau, c'est de faire la même chose en allant sur le site de "Témoignage chrétien" à l'adresse :

http://temoignagechretien.fr/

Là aussi, vous profiterez d'une lumière naturelle qui est à l'opposé de l'obscurantisme de la manif pour tous, c'est l'ouverture face au repli sur soi, c'est l'écoute du monde s'opposant à la surdité du vacarme médiatique ...

Je ne doute pas que ces lectures éclaireront vos moments de fête, de vraie fête.

Et d'ci là, à bientôt sur "la hune".

dr

Repost 0
Published by lahune
commenter cet article
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 10:46

Ainsi, Christine Lagarde, ex ministre de l’économie en royaume Sarkozien doit aujourd’hui tenter de se justifier devant la Cour de Justice de la République, au motif qu’elle aurait fait preuve de négligence dans la procédure d’arbitrage ayant entrainé le versement par l’Etat de plus de 400 millions d’Euros d’argent public.

Mais comment peut-on définir la négligence ? Monsieur Larousse m’indique que cela tourne autour du manque de soin, d'application dans l'exécution d'une tâche , du manque d'attention, de vigilance à l'égard de choses, d'événements, que cela peut être également une faute non intentionnelle résultant de ce manque de soin ou de ce manque de vigilance, voire une indifférence réelle ou affectée, bref,  de la  nonchalance …

Mon point de vue de simple citoyen n’intéressera sans doute pas les juges de la C.J.R. mais je vais quand même le donner en proposant une sorte de parabole.

Il était une fois un camionneur qui devait transporter une cargaison de nourriture pour poisson (par exemple). C’était en hiver et les routes étaient dangereuses. Des experts de la circulation avaient jugé que l’itinéraire décidé pour le trajet comportait des risques avérés, le camionneur n’avait pas pris la précaution élémentaire d’écouter les bulletins des spécialistes météo qui pourtant, déconseillaient le trajet… Et ce qui devait arriver arriva, de la négligence à la neige glissante, il n’y a qu’un dérapage que le camionneur, toujours aussi sûr de lui, ne put cependant contrôler, toute la cargaison finissant son voyage dans le lac qui se trouvait près du virage manqué… Pour sa seule défense, le camionneur dit aux journalistes qui l’entouraient alors et trouvaient que le hasard avait quand même drôlement bien fait les choses pour les poissons du lac qui allaient ainsi pouvoir se régaler, « est-ce que j’ai une tête à être copain avec les poissons ? »

On imagine sans peine que pour une faute aussi grave, notre camionneur aurait été licencié sur le champ  de son entreprise. Mais quand le camionneur est ministre, que les experts en circulation comptent parmi les juristes les plus compétents, que les spécialistes météo sont les responsables de l’administration fiscale, que la nourriture des poissons valait 400 millions d’euros et que le requin qui s’est goinfré s’appelle Bernard Tapie, madame la Ministre peut continuer son petit bonhomme de chemin, négligemment…

On veut bien croire qu’elle n’est pas copine avec Tapie et que dans cette triste affaire, Christine Lagarde ne peut être suspectée du moindre pot de vin, du moindre enrichissement personnel (ce qui n’est pas le cas de tous les membres du gouvernement d’alors), mais en fermant les yeux sur une procédure qui ne tenait pas la route, ni sur le plan juridique ni sur celui de la morale politique, la ministre a sciemment refusé de jouer son rôle de garant de l’intérêt général, pour ne pas déplaire au maître élyséen d’alors. D’ailleurs, tout à fait entre nous, si elle était revenue sur l’arbitrage initié par son prédécesseur, serait-elle restée très longtemps ministre, aurait-elle été proposée par Sarkozy pour prendre la succession d’un DSK spécialiste de dérapages et cabrioles en tous genres ? Peut-elle sérieusement invoquer la surcharge de notes à signer dans des montagnes de parapheurs pour justifier que la note de 400 millions au profit du copain du Président pouvait passer inaperçue ? Peut-on imaginer qu’elle ignorait que Tapie et Sarkozy s’étaient rencontrés à de multiples reprises et que connaissant les individus, ils ne devaient pas parler uniquement de la pluie, du beau temps et des risques de dérapages sur les routes de neiges glissantes ? La responsabilité d’un ministre qui engage 400 millions d’euros d’argent public, cela à un sens et cela doit s’assumer.

Bien entendu, on ne trouvera jamais trace d’un écrit de Sarkozy intimant à la ministre de ne pas poursuivre la procédure d’arbitrage Tapie, ni bien entendu de le contester une fois rendu, mais il faut bien que la Justice puisse imputer la responsabilité politique de ce dérapage à ceux qui l’ont organisé ou qui ont fermé les yeux.

Pour l’heure, à travers la défense esquissée par Christine Lagarde, on a le sentiment assez désagréable qu’elle nous prend, nous petits citoyens de base, pour des imbéciles, des crétins capables d’avaler n’importe quelle Christinerie. Espérons que la C.J.R. ne fera pas, elle preuve de négligence.

dr

Repost 0
Published by lahune - dans justice
commenter cet article
8 décembre 2016 4 08 /12 /décembre /2016 13:27

Il s’en est passé des choses depuis la désignation de Fillon comme candidat de la droite et du centre à la présidentielle de 2017 ! Ce dernier tente d’expliciter un programme que peu de gens avaient vu et qui, une fois sorti de sa brume, devient la cible de toutes les critiques tant il est profondément réactionnaire et semble totalement inefficace au regard des réalités du monde économique et social. Pour l’instant, Fillon reste droit dans ses pantoufles de sacristain mais gageons que cela ne durera guère…

François Hollande s’est retiré de la compétition, sans doute la mort dans l’âme mais avec raison. Chacun s’accorde à lui reconnaitre aujourd’hui la dignité de son attitude (qui tranche avec celle de son petit prédécesseur poursuivi par les « affaires » et trahi à son tour par ses amis) ; Il y a fort à parier que demain, ses détracteurs d’hier (et un peu moins d’aujourd’hui) reconnaitront que son bilan est plus positif qu’il ne leur en paraissait, comme quoi, il n’y a pas de patrie pour les traitres qui habitent aussi bien à droite qu’à gauche…

Les électeurs Italiens ont limogés Matteo Renzi. Le centre gauche de gouvernement a payé cash la rigueur excessive voulue par une Europe trop soucieuse d’orthodoxie budgétaire. Au-delà de l’incertitude dans laquelle risque de plonger l’Italie avec les inconséquences liées aux discours de l’extrême-droite et du mouvement 5 étoiles, c’est une fois encore la construction européenne qui va en faire les frais. Sombre avenir que nous préparent tous ces chantres du souverainisme et du nationalisme économique qui fleurissent partout en Europe et qui gangrènent tous les partis politiques en France. Le brouillard, avant la nuit ?...

Les électeurs autrichiens nous ont donné un peu de lumière en repoussant l’extrême-droite, au grand dam de dame Le Pen qui, avec son sens particulier de la formule, a considéré que cette défaite de son allié était en fait une « victoire différée » ! Pour le coup, elle c’était plutôt de la connerie en direct mais passons, une extrême droite  battue, ça réchauffe un peu mais battue avec 46% de voix, ça fait quand même drôlement tomber la température ; Brouillard, nuit, froid glacial…

Si la brume enveloppe encore largement Fillon, à gauche, c’est carrément la purée de pois. Mélenchon, le candidat autoproclamé n’a pas pu s’empêcher de tresser des couronnes de fleurs à Fidel Castro, aidé en cela par la royale bourde de Ségolène qui en avait oublié sa droits de l’hommitude… Pitoyable. La primaire de la gauche se transforme en joyeux congrès du PS, avec les mesquineries de circonstances, les candidatures sans autre projet que la rancune personnelle, le combat titanesque des ego surdimensionnés, une langue de bois totalement vermoulu, bref, à des années lumières des réalités quotidiennes d’électeurs que ces jeux de pouvoir à enjeu strictement personnel n’amusent plus. Et tout cela fera inévitablement le jeu des extrêmes, des souverainistes et nationalistes de tous poils.

Ces extrêmes n’auront évidemment jamais ma voix ; Mais je n’ai pas envie non plus de me rendre dans un bureau de vote pour simplement dire non à un imposteur de l’extrême gauche, à une raciste anti-européenne ou à un grand benêt expert en vente de meubles et balivernes en tous genres. J’espère pouvoir voter pour un ou une candidate qui aura vraiment au cœur de son projet la relance de la construction européenne, le renforcement concret des luttes contre les inégalités et des engagements écologiques clairs ; ce sont là trois facteurs essentiels de la paix, notre bien le plus cher.

Brouillard, nuit, froid polaire mais aussi peut-être, petite flamme d’espoir pour retrouver le goût du vivre ensemble, sortir de l’aveuglement vers lequel voudraient nous conduire la fille du borgne et tant d’autres dirigeants politiques atteints de la pire des cécités, celle qui empêche de voir et d’entendre l’autre.

dr

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 09:46

Oui, je sais, le titre de cette chronique pourrait sembler douteux à certains lecteurs fraichement débarqués de la manif pour tous mais avouons tout de même qu’après les gauloiseries de Sarkozy, c’est finalement assez anodin !

Ce titre est directement inspiré de l’attitude dudit Mélenchon lorsque, questionné par Daniel Cohn-Bendit sur France2 dimanche soir, il s’est offusqué du fait que ce dernier le tutoyait en l’appelant par son prénom, comme il le faisait depuis toujours ! "Monsieur Cohn-Bendit, est-ce vous pouvez m'appeler par mon nom et pas par mon prénom, nous ne sommes pas amis, et vous le savez, ne jouons pas la comédie". Ce à quoi, DCB a répondu très dignement « va te faire voir… qu’il aille tutoyer Castro »…

Pour qui se prend donc Mossieur Mélenchon, tout gonflé de l’importance qu’il se donne, boursouflé de l’embonpoint électoral( !) que lui a donné une toute petite majorité d’adhérents du Parti Communiste, contre l’avis de ses cadres ? Pour qui se prend Mossieur Mélenchon qui demandait dimanche soir à France 2 d’organiser un débat entre lui et Fillon, comme si nous étions au deuxième tour de l’élection présidentielle de mai prochain et que lui, Mossieur Mélenchon, était qualifié ? Quelle insupportable vanité !

« Va te faire voir ! » Daniel Cohn Bendit s’est montré vraiment bien élevé dans cette circonstance, « moi j’enluque Mélenchon » me parait plus approprié pour ce petit Mossieur qui ne veut plus être appelé par son prénom. Passons, il sera toujours temps d’y revenir…

Le reste de la gauche, vraiment pas brillant. Même si je ne partage vraiment pas l’attitude des frondeurs ou des déserteurs-ministres du PS, je reconnais sans difficulté qu’ils peuvent et doivent débattre dans le cadre de la primaire de gauche. On verra bien si Montebourg a d’autres arguments à faire valoir que celui consistant à demander à la droite de voter pour faire barrage à François Hollande. On verra bien si Filoche réussit à sortir ou non de sa lecture fondamentaliste du Code du travail, on verra bien si les lance-pierres des frondeurs savent plus apporter de pierres à l’édifice que balancer des pavés dans la mare, on verra enfin qui est candidat et qui ne l’est pas…

Insupportable pour nous, électeurs de base, la chienlit s’est propagée jusqu’à la tête de l’exécutif, le choc des ego, les petits calculs personnels ont pris le pas sur le sens de l’intérêt général. C’est vraiment à se demander si certains, et pas des moindres, n’ont pour ambition que de capitaliser sur la déroute annoncée pour reconstruire à partir de ses cendres tiédies, un PS à leur mesure et à leur seul profit. C’est vraiment à se demander si le PS mérite encore le qualificatif de parti de gouvernement tant on a le sentiment que nombre de ses dirigeants n’y habitent que pour se faire un nom dans l’opposition, et surtout pas pour se salir les mains en gouvernant. Ils oublient seulement que les électeurs que nous sommes n’ont aucune vocation à devenir les otages de leur inconséquence pas plus qu’à se transformer en chair à canon de leurs combats électoraux.

Avec de tels comportements, hélas, le FN n’a pas perdu ; la force du populisme étant de vendre des illusions à des égarés, tous ceux qui, de droite comme de gauche, contribuent à égarer les Français en ayant perdu le sens de la responsabilité, voire le sens des orientations républicaines, tous ceux-là sont finalement des engrais inespérés pour un parti qui j’espère, restera indigne de nous gouverner, de nous soumettre.

Et ceci est aussi valable pour Mossieur !

dr

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article
28 novembre 2016 1 28 /11 /novembre /2016 10:08

On n’avait rien vu venir avant le premier tour de la primaire de la droite et du centre. Les sondeurs, les médias, les commentateurs de café du commerce comme les chroniqueurs de « la hune » n’avaient pas su ou pu comprendre le surgissement de la bulle médiatique Fillon. Tout le monde peut se tromper, certes, mais lorsque la prévision est techniquement difficile, le principe de précaution devrait prévaloir sur l’envie de sortir le scoop, de faire le buzz, de faire du fric…

Mais le plus grave, c’est que pas plus tard qu’hier soir, les communicants vaseux sortaient un nouveau sondage portant sur les résultats de la présidentielle de mai prochain, au premier tour et au second, anticipant la candidature de responsables qui ne se sont nullement déclarés, alors même qu’une immense majorité de Français en est seulement à découvrir les ravages que ferait le programme Fillon s’il était appliqué et par ailleurs, qu’aucun programme d’autres candidats n’a encore vu le jour ! Les vaseux communicants nous questionnent en fait sur la gueule du client, de leur client, bref, du vrai foutage de gueule…

A part ça, on n’a pas trop envie de s’étendre sur la soirée d’hier soir, vu qu’en fait de s’étendre, on s’est plutôt étalé, nous particulièrement les électeurs de gauche qui avions cru et espéré qu’Alain Juppé parviendrait à contenir les algues vertes couleur de loden, de la marée Fillonesque. Force est de constater qu’en quelques semaines, Sarkozy s’est fait proprement débarquer par la droite réactionnaire et catholique qui jusque-là l’avait toujours soutenu. Même si un certain nombre d’électeurs de gauche dont nous étions a contribué à l’élimination du tricheur qu’est l’ex président, c’est d’abord à un retournement ultra rapide de son propre électorat que Sarkozy doit d’être prié de planter ses choux ailleurs. Comme si, pressentant que sa fin était programmée, la droite s’était empressée d’enfourcher une autre monture. Ajoutons à cela que Juppé a été la cible d’une campagne « déguelasse » selon ses propres termes, campagne dont Fillon a bénéficié en se gardant bien de la dénoncer, le « tout sauf Juppé » a marché aussi bien que le « tout sauf Sarkozy » de 2012. Le principe des vases communicants a parfaitement fonctionné entre les divers candidats de droite les plus réactionnaires, ce qui explique le résultat de « moncollabo ».

Ces dernières heures ont cependant permis de nous faire découvrir quelques individus qui promettent ! Ainsi, Bruno Retailleau, élu Vendéen devenu président de la région Pays de Loire qui, interrogé sur France 2 invitaient à le rejoindre « tous les hommes », puis, se reprenant, « tous les hommes et les femmes avec un grand H »… Plus sérieusement si l’on peut dire, le même Retailleau était l’invité politique de France info ce lundi matin, totalement incapable de répondre aux questions précises des journalistes qui lui demandaient des explications sur le programme de Fillon, sur les fonctionnaires ou la sécurité sociale. Le flou total du propos de Retailleau vient confirmer que la soutane du révérend père Fillon cache bien mal l’inconsistance du programme, laissant entrevoir plus de raideur mal venue que de rigueur contrôlée… Les lecteurs intéressés ( !) par la prestation de Retailleau pourront utilement le réécouter sur le site de France info. Ils seront édifiés !

Et la gauche dans tout ça ? A pleurer plus qu’à rire, mais cela peut attendre demain…

Donc, à suivre…

dr

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 09:49

On ne pourra pas dire que nous ne savions pas d’où Fillon venait ni où il voulait nous entrainer. Les sympathies qu’il manifeste à l’égard de Poutine ne font plus de doute, à l’heure où les avions russes déversent des tapis de bombes sur Alep, Fillon rejoignant ainsi les positions de Mélenchon et Le Pen. L’autoritarisme et l’opportunisme sont indiscutablement de véritables valeurs communes pour ces trois postulants qui rêvent de gouverner la France comme le maître du Kremlin, avec  le sens aigu de la démocratie qu’on lui connait. Fillon professe une admiration indéniable pour les régimes autoritaires. Il le traduit dans ses options en matière de politique internationale où il voudrait incarner la rigueur, alors que dans ce domaine comme dans d’autres, il n’est que rigide.

On ne pourra pas dire que nous ne savions pas d’où Fillon venait ni où il voulait nous entrainer. Le retour aux valeurs traditionnelles qui fleuraient bon la bourgeoisie provinciale des années 30, s’accompagne de la tartufferie consistant à claironner que ses valeurs personnelles sont incompatibles avec l’IVG… mais qu’en qualité de responsable politique, il ne s’y est jamais opposé ! Hypocrisie de pharisien de province pourrait-on écrire, pour ce candidat qui étale ses « valeurs » personnelles pour siphonner les voies de l’extrême-droite et de la manif pour tous mais qui voudrait faire croire que ces valeurs n’interfèrent pas ses options politiques ! De qui se moque-t-il ? S’il s’agit de valeurs personnelles, il n’a pas à en faire état dans une campagne politique mais ne soyons pas naïfs, dans ses élans de foi profonde, Fillon n’oublie certainement pas d’accomplir ses dévotions envers sainte Nitouche…

On ne pourra pas dire que nous ne savions pas d’où Fillon venait ni où il voulait nous entrainer. Il n’y a qu’un pas de la manif pour tous à la famine pour tous… Le candidat de la droite sévère persévère dans une vision archaïque de l’économie et du social et son programme de réduction des charges des entreprises ne saurait être financé par la réduction des charges de l’Etat qui serait rendue possible par une diminution drastique du nombre de fonctionnaires ou la suppression de certains services publics. Bien entendu, on concédera sans difficulté que certaines activités découlant de missions de service public peuvent parfaitement être concédées au secteur privé, sans être exercées par un personnel fonctionnaire et tout en demeurant missions de service public. C’est le cas des services de nettoyage urbain par exemple mais il n’en demeure pas moins que même quand cette activité est concédée au secteur privé, il faut bien que les communes la payent ! On peut ainsi diminuer le nombre de fonctionnaires sans diminuer substantiellement la dépense publique. Quant à dire que Fillon pourrait augmenter le temps de travail des fonctionnaires sans accroitre leur rémunération, c’est de la provocation, du clivage, du « bashing » anti fonctionnaire qui peut soulever des applaudissements sous les préaux de campagne électorale mais qui ne tiennent pas la route dès lors que les électeurs sont confrontés aux conséquences du manque de fonctionnaires dans les écoles ou les hôpitaux. Le réveil risquerait d’être brutal pour les électeurs ruraux et âgés de Fillon s’il était élu à la tête de l’Etat…

On ne pourra pas dire que nous ne savions pas d’où Fillon venait ni où il voulait nous entrainer. Le souverainisme qu’il entretient, la réécriture de l’Histoire de France qu’il entend développer dans les écoles sent au mieux, la naphtaline, au pire, l’odeur insupportable du colonialisme d’avant-guerre. On avait fustigé à juste titre les « gauloiseries » de Sarkozy, la rigidité cocardière de Fillon est du même acabit.

On ne pourra pas dire que nous ne savions pas d’où Fillon venait ni où il voulait nous entrainer. On l’a déjà écrit ici, Fillon est d’abord une bulle médiatique, une baudruche gonflée artificiellement et qui, comme toute baudruche qui se respecte, a vocation à se dégonfler aussi vite qu’elle est apparue. Il faut faire en sorte que cela intervienne dès dimanche prochain mais, si malheureusement Fillon parvenait à être désigné comme candidat de la droite sourcilleuse, on assisterait assez rapidement au dégonflement de la baudruche. Et une baudruche dégonflée, cela ressemble fort à une chiffe molle, à un « collaborateur » qui pendant un quinquennat entier s’est bien gardé d’ouvrir la bouche face aux errements de son patron d’alors.

Fillon rigide, oui, mais pas au niveau de l’échine… très souple, celle-là.

dr

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 09:33

Le résultat de la primaire de droite et du centre nous a tous surpris, non seulement parce que les techniques de sondage sont inapplicables dans ce format d’élection où le corps électoral est totalement instable, mais aussi du fait que ceux qui se sont déplacés ont considéré qu’il s’agissait du deuxième tour de l’élection présidentielle et non du premier tour d’une primaire. Le score des « petits » candidats en est une lumineuse démonstration. Il est de tradition de considérer que dans une élection au scrutin majoritaire à 2 tours, l’électeur exprime sa préférence au premier (notamment vers des « petits » candidats) et élimine au second celui dont il ne veut surtout pas. Dimanche dernier, les électeurs concernés ont voulu éliminer en premier lieu Sarkozy. C’est le cas des 15% d’électeurs traditionnels de gauche mais aussi d’une frange importante d’électeurs de droite (cf résultats de Neuilly ou des Hauts de Seine par exemple)  dont les options très droitières sont en définitive assez éloignées du souci d’ouverture relatif mais réel manifesté par A. Juppé. La conjonction de ces deux rejets de Sarkozy s’est traduite par un report massif vers la troisième voie Fillon.

Les dés ne sont pas jetés pour autant. Le vote Fillon est une bulle médiatique qui a enflé considérablement en 3 ou 4 semaines, l’intéressé se tenant bien caché, profitant des retombées de la bataille engagée entre les deux favoris de l’élection. Mais les bulles médiatiques ne sont que des baudruches qui peuvent se dégonfler aussi rapidement qu’elles ont enflé et le caractère artificiel du score de Fillon ne doit pas être un écran de fumée cachant la réalité de ses options économiques, sociales et sociétales.

Les dés ne sont pas encore jetés et l’on ne peut qu’inciter tous les citoyens à analyser le contenu des propositions de Fillon pour imaginer le sort qui sera réservé aux fonctionnaires, aux demandeurs d’emploi, aux usagers des services publics de santé ou de proximité. Le film « Moi, David Blake » de Ken Loach vient à pic nous montrer ce que Thatcher a légué à l’Angleterre et ce que Fillon projette de nous imposer par ordonnances. Non seulement ce programme n’a pas de crédibilité sur le plan économique puisqu’il nous ramène aux époques Thatcher et Reagan, mais il est profondément destructeur du tissus social français, ce dont nous n’avons vraiment pas besoin en ce moment. Passons sur les valeurs sociétales mises en avant par Fillon qui sont un retour à la morale bourgeoise et hypocrite des années d’avant-guerre et que sur ce plan précis en tout cas, Poisson et Marion Maréchal Le Pen (alias poupée Barbie (Klaus)) ne renieraient pas.

Les dés ne sont pas encore jetés et il est important que tous les Français qui désapprouvent le projet Fillon aillent l’exprimer le dimanche 27 novembre prochain. Il est important que le projet Fillon ne puisse être au cœur de la prochaine campagne des présidentielles et si par malheur, Fillon devait sortir vainqueur de son duel avec Juppé, qu’au moins, il ne puisse emprunter une voie royale qui le conduirait à davantage de conservatisme.

Pour ma part, j’ai voté au premier tour de la primaire de la droite et du centre, sans états d’âme. Quand le jeu démocratique nous donne l’opportunité de tenter d’éliminer, tant qu’il est encore temps, un candidat que nous récusons, il n’y a aucune honte à saisir cette opportunité.

 Dimanche, les dés seront jetés mais moi aussi, je les aurai lancés ; je n’aurai pas été le simple spectateur d’une partie dont le résultat me concerne complètement.

dr

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 23:31

Nicolas Sarkozy reconnait sa déroute électorale. Dans une intervention d’une sobriété qu’on ne lui connaissait pas, il semble dire au revoir à la vie politique. C’est la première bonne nouvelle de la soirée. Il aura ainsi tout son temps pour répondre sereinement aux interrogations de la Justice le moment venu. Personne ne s’en plaindra, ni les juges, ni ses avocats, ni la morale. Que la vérité se fasse enfin jour sur un certain nombre d’affaires et tout le monde y gagnera.

La deuxième bonne nouvelle, c’est que dans sa majorité, la droite française n’a pas versé dans le populisme vers lequel certains voulaient l’orienter. Le spectre d’un Trump à la française semble s’éloigner et personne ne peut s’en plaindre.

La troisième bonne nouvelle c’est que le FN ne se réjouit pas de l’élimination de Sarkozy. Les électeurs qui se sont déplacés (et qui ne représentent pas évidemment la totalité du corps électoral) semblent manifester majoritairement un rejet de l’extrémisme. Le flirt de Sarkozy avec certaines thématiques du FN s’achève par un joli « râteau » et le Poisson et sa manif pour tous a bu une sacrée tasse. On ne pourrait que se réjouir que cela préfigure la décrue des thèses nationalistes et xénophobes, un assèchement de la mer brune qui pollue depuis trop longtemps l’univers politique et s’étend jusque dans nos maisons. Mais ne rêvons pas, c’est encore loin d’être gagné.

La quatrième bonne nouvelle est très relative… Même si l’issue de la primaire de la droite et du centre n’est pas acquise, contrairement aux apparences, le programme de Fillon qui se voudrait quasi Thatchérien, va faire prendre conscience à la gauche qu’il y a urgence à dialoguer et à se réunir pour empêcher une régression sociale sans précédent. Il serait temps que certains frondeurs ouvrent les yeux et cessent de considérer que les réformes sociales du quinquennat Hollande sont toutes à jeter. Il y a fort à parier que François Hollande sera d’autant plus enclin à se représenter qu’il trouvera dans le programme d’un Fillon, matière à se repositionner… à gauche. C’est sans doute une bonne nouvelle pour lui… et c’est bien pour ça qu’elle est relative !

Enfin, nous sommes le 21 novembre 2016 à 23heures 32 et on ne va pas trop bouder notre plaisir !

A la vôtre !

dr

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article

Présentation

  • : LA HUNE
  • LA HUNE
  • : humeurs, bonnes ou mauvaises, mais à consommer sans modération!
  • Contact

Profil

  • lahune

Abonnement

Abonnez vous en cliquant sur l'espace "Abonnement" situé en bas à droite

Faites connaître à voscontacts et invitez les à nous rejoindre

Recherche

La Hune, pourquoi ?

La hune, sur les anciens navires, c’était la petite plate-forme située en haut du mât sur laquelle on envoyait un matelot pour surveiller la mer, les autres bateaux, voir s’il y avait des récifs… aujourd’hui, alors que les nuages de la crise économique ne cessent d’inquiéter, alors que celui qui a été élu capitaine du vaisseau « France » et ses courtisans semblent plus doués pour faire du vent plutôt que de s’occuper à rendre un peu moins pénibles les conditions dans lesquelles rame un équipage qui pourtant, avait souhaité atteindre de nouveaux horizons… disposer d’une modeste hune supplémentaire ne saurait faire de mal ; c’est la petite finalité d’un ènième blog comme celui-ci.

 

La hune, c’est aussi la « une » des journaux écrits, radios et télévisions, avec un « h » en plus… un h, parfois peut être aussi une hache, non pour pourfendre les journalistes qui dans leur ensemble font leur travail avec beaucoup de conscience, mais de temps en temps, pour rappeler que la médiatisation outrancière de l’information, sa mise en scène à grands coups de paillettes au mépris de règles élémentaires de ce qui doit être prioritaire, doivent être dénoncées comme la vigie le faisait du haut de la hune pour indiquer un danger.

 

Enfin, dans la pénombre dans laquelle nous tentons de nous diriger, on peut caresser le rêve que grâce à tous ceux qui apporteront leur contribution, la hune sera là de temps en temps pour donner un peu plus de clarté « hunaire » au milieu de la nuit dans laquelle voudraient nous laisser dormir des femmes et des hommes politiques de tous bords…

 

A vos plumes, mille sabords !

Bonnes Feuilles ...

Catégories

Les Copains D'abord