Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 09:30

Le père Le Pen en a rajouté une couche la semaine dernière ! Les chambres à gaz ne sont pour lui qu’un « détail » de la seconde guerre mondiale. Malgré les condamnations politiques, morales et judiciaires, il persiste et signe, s’attirant les foudres de sa fille bleue marine qui depuis des mois, tente de gommer l’image extrémiste de son parti, une nouvelle fois mise à mal par les déclarations inopportunes du patriarche fondateur et toujours président d’honneur.

Que faire, doit se dire la méduse blonde ? Exclure l’impétrant est quasiment impossible car outre le fait que ce serait un parricide politique, les militants du FN canal historique risqueraient fort de faire imploser le parti. Tout aussi impossible l’éventualité de le déchoir de sa présidence d’honneur. Lui enlever sa place de tête de liste aux prochaines régionales en région PACA ? N’y pensons pas, c’est là que le FN a toujours réalisé ses meilleurs scores… Manifester un profond désaccord « sur le fond et la forme » avec les éructations du vieux ? Oui bien entendu mais comme le vieux n’en a cure et a débranché le sonotone, ça ne l’empêchera pas de recommencer à la première occasion…

Comment alors priver de parole médiatisée le doyen du club des pétainistes non repentis ? Toute mesure disciplinaire devant être bannie car trop dangereuse pour l’unité de façade du parti, notre méduse en est réduite à brûler des cierges pour que la fatigue, l’usure, un gros rhume des foins ou toute autre chose, que-sais-je, amènent le patriarche à se retirer de lui-même… à moins qu’une nouvelle condamnation judiciaire de son père, qu’elle doit appeler de ses vœux…

Tout cela cache mal un profond désaccord stratégique entre le père et la fille : le vieux se repaît, se satisfait et se contente de son image exclusive de refondateur de l’extrême-droite en France, sans qu’il ait jamais été envisagé pour lui d’assumer les responsabilités du pouvoir ; la fille veut profiter du capital politique accumulé par le père pour le rentabiliser à son profit en gagnant la prochaine présidentielle. Le désaccord n’existe donc pas sur des détails. Le père sait très bien que l’inanité du programme du FN l’empêchera d’accéder au pouvoir et quand bien même méduse y parviendrait, l’incompétence des responsables du parti ruinerait le crédit de l’extrême-droite en quelques semaines.

Noyau de cerise sur le gâteau,  voilà que Marion poupée Barbie Klaus désavoue aussi sur le fond le grand père ! Il faut dire aussi que si par « malheur », ce dernier était empêché d’être tête de liste aux prochaines régionales, manque de chance, c’est elle qui hériterait de cette tête de liste…

Décidément, ce n’est plus du rififi au FN mais carrément du rififilles !

dr

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 09:54

Ma sœur,

Je tiens aujourd’hui à me confesser auprès de vous pour avoir, dimanche 29 mars dernier, commis un péché dont le poids ne cesse de peser sur ma conscience. Profitant du fait que j’étais seul dans l’isoloir d’une mairie du canton de Rambouillet, je me suis livré à l’exercice solitaire que toute âme bien-pensante réprouve d’ordinaire à savoir, faire pénétrer brutalement et sans la moindre protection ce à quoi vous pensez dans l’enveloppe de vote qui m’avait été fournie… Oui, dimanche dernier, j’ai glissé un bulletin de vote au nom de Christine Boutin dans l’urne, balayant ainsi mes convictions, moi qui vote à gauche depuis près de 50 ans…

Comment en-suis-je arrivé là ?

Et bien tout simplement parce que face à Christine Boutin il n’y avait plus qu’un candidat du FN. On ne peut pas dénoncer la politique cynique du ni-ni de Sarkozy et refuser d’opérer un choix entre le candidat FN et celui soutenu par l’UMP, fut-elle en l’occurrence, Christine Boutin. N’en déplaise à nombre de vos supporters et électeurs, ma sœur, il existe des différences essentielles de valeurs entre le FN et le PS, comme j’espère encore qu’il en subsiste entre le FN et l’UMP, bien que ça devienne de moins évident chaque jour…

Oui, j’ai choisi de voter Charybde pour échapper à Scylla. Au risque de ne pas vous faire plaisir, je n’ai pas voté pour vous mais contre l’autre. J’ai refusé l’enfer de l’extrême-droite mais ce n’est pas pour autant qu’en votant pour vous, j’aurais choisi le ciel. Ni même le purgatoire mais tout au plus, une purge notoire dont les postures moralisatrices consternantes prêtent parfois à rire mais souvent à pleurer… Tant pis, j’assume ce vote.

Pour autant, je continuerai à me battre pour une vraie laïcité républicaine, contre les intégristes de tous bords et ceux qui les manipulent. Je continuerai à bouffer du curé en soutane et rangers, de l’imam radical, du rabbin xénophobe… sans oublier la grenouille de bénitier dont le fait d’avoir mis son bulletin dans l’urne m’a particulièrement ouvert l’appétit !

Bien entendu, en me confessant ainsi à vous, ma sœur, je ne demande pas une absolution dont je n’ai cure (pour utiliser un mot de votre vocabulaire). Tout au plus, j’espère que dans votre fonction de conseillère départementale, vous saurez vous démarquer de ceux qui préconisent les absolues solutions, voire les solutions finales pour se débarrasser de boucs émissaires qu’ils n’ont de cesse de désigner à la vindicte populiste.

A l’occasion cependant, si d’aventures il vous arrivait de croiser le petit cynique de l’UMP qui a perdu tout sens de la morale politique, dites-lui de ma part que si jamais par malheur, il se retrouvait face à Madame Méduse Le Pen au deuxième tour de la présidentielle de 2017, nous serions très nombreux à pratiquer la politique du ni-ni puisqu’il est devenu évident qu’entre ces deux-là, il n’existe pas de réelle opposition de valeurs.

A vous lire,

Pour « la hune (http://www.lahune.org/)

Dominique Rossignol

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 09:58

Des goûts et des couleurs, dégoûts et des colères en constatant à quel point trop d’abstentionnistes, d’électeurs du FN et de sympathisants de l’UMP n’ont pas encore compris que la vague soi-disant bleu-marine est du même brun que celle qui a exacerbé les nationalismes et poussé des populations européennes à se haïr et à s’entretuer au siècle dernier. La démocratie offre parfois malheureusement l’occasion de permettre à la bêtise d’écraser la raison, à la haine de l’emporter sur la fraternité et la solidarité, à la bête immonde de prendre les traits d’une méduse blonde et au bout du processus, d’autoriser des poignées d’extrémistes à prendre d’assaut des républiques pour ensuite… Les européens et les français en particulier semblent avoir la mémoire bien courte pour avoir oublié comment les nazis ont su utiliser le processus démocratique pour arriver au pouvoir, et pour ne pas avoir compris encore que le juif, l’arabe ou l’immigré sont les victimes expiatoires toutes désignées dès lors qu’un régime d’extrême-droite a libre cours pour mener sa politique d’exclusion.

En ces circonstances, il faut bien avouer que la démocratie est parfois difficile à supporter pour les démocrates qui veulent malgré tout le rester.

Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut avoir le moindre égard pour les électeurs du FN qui ont abdiqué leur propre humanité en soutenant des candidats aux propos souvent douteux et un parti au programme suicidaire. Chacun sait que la crise, le chômage, la déception, la colère et la désespérance sont instrumentalisées par le FN mais au regard de l’exigence démocratique, cela ne constituera jamais une raison suffisante pour donner un pouvoir quelconque, même au sein d’un simple département ou d’une commune, à des politiques dont la vocation subliminale est de détruire les valeurs républicaines et la liberté d’expression. Ce n’est pas parce qu’un bateau connaitrait quelques avaries que ses marins s’autoriseraient à faire entrer des rats dans le navire. Les électeurs du FN, qu’ils soient ou non de bonne foi, ne font qu’être les artisans du sabordage du bateau républicain. Comment peut-on être à ce point aveugle et sourd pour ne pas s’insurger en voyant les « ménarderies » de Béziers réhabilitant des tueurs de l’OAS, l’assèchement des subventions les plus sociales dans les municipalités gérées par le FN, en entendant les menaces proférées à l’égard des journalistes par Madame Maréchal-poupée Barbie-Klaus ?

Quant à Monsieur Sarkozy qui renvoie dos à dos la gauche et le FN, qui recommande explicitement de ne pas choisir entre les deux, comme si leurs valeurs étaient de même nature, qui persiste à flatter au-dessous de la ceinture l’électorat FN en s’insurgeant contre les menus des cantines scolaires, qui, au fil de ses meetings, se comporte de plus en plus comme un bateleur de préau d’école primaire, pâle imitation des grosses têtes de RTL, le cynisme en plus, quant à ce Monsieur Sarkozy qui est à ce point daltonien qu’il confond la couleur rose avec la couleur brune du FN, il mérite amplement que nous l’appelions dorénavant « Joe Daltonien », en espérant vraiment qu’un jour, les juges auront les moyens de refermer sur lui les fameuses portes du pénitencier.

dr

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 21:31

Les élections départementales du 22 mars prochain devraient confirmer la lourde défaite du PS annoncée déjà depuis de longs mois. La fessée n’étant plus de mise, c’est une grosse claque électorale, autrement dit une retentissante mandale que le Parti socialiste risque de se prendre, la conjugaison d’une forte abstention et de nouvelles règles de scrutin empêchant même souvent les candidats socialistes de sa qualifier pour le second tour.

Squelettique consolation, pour certains, ce sera effectivement la fin du cumul  des mandats.

Les raisons de cet échec sont multiples et on peut faire confiance au personnel politique pour aller en chercher les raisons…  chez le voisin : la faute à Hollande, à Valls, aux frondeurs, aux verts pour ce qui est des scènes de ménage interne à la gauche modérée… Pour ma part, je pointerai plutôt l’inconsistance de la direction actuelle du PS et l’incapacité de ce parti et des écologistes à se comporter comme partis de gouvernement à savoir, assumer la responsabilité du pouvoir et vivre la solidarité qu’en impose l’exercice, avec les compromis que cela nécessite.

Mais c’est toute la gauche qui va se mordre les doigts au soir du 22 mars. Et on aurait tort de passer sous silence le sabotage entrepris par Mélenronchon qui a multiplié depuis des années les attaques en règle contre son plus grand ennemi, la social-démocratie. Marchant dans les empreintes laissées par Marchais qui pourfendait les socialistes jusqu’à faire perdre des élections dans le seul but de demeurer le 1er parti de gauche, Mélenronchon n'a qu'une obsession, détruire le PS tout en démantelant le PC pour devenir le leader maximo de France. Notre Chavez au petit pied mise à la fois sur l’implosion des socialistes et l’effritement continu d’une droite classique de plus en plus poreuse à l’extrémisme et à la désignation de boucs émissaires. Ce glissement des deux principales plaques tectoniques de la vie politique française pouvant contribuer à l’émergence d’un pôle nord d’extrême droite à forte aimantation… et d’un pôle sud de gauche radicale dont le chef pingouin serait… devinez qui ! Sachant par ailleurs que le réchauffement de la planète se soldera à terme par la diminution importante de l’Arctique et l’expansion de l’Antarctique… l’ours stalinien peut rêver à des lendemains qui chanteront le grand soir !

Sarkozy, lui, espère encore pouvoir contenir l’expansion de l’univers d’extrême-droite à coups de menton et d’incantations indigestes sur le menu des cantines scolaires. Nul doute que quel que soit son résultat au soir du second tour des départementales, il se présentera comme le seul à être en mesure de faire front contre le front national pour tenter une nouvelle fois de tirer les marrons du feu. Mais malheureusement, derrière tous ces fronts qui se font face, qu’ils soient de gauche, national ou républicain, on trouvera plus de slogans que d’idées, plus de plans sur la comète que de projets de construction, plus de mensonges que d’espérance. La démocratie est exigeante et ne saurait s’accommoder des discours de pères noël ou de pères fouettards auxquels les abstentionnistes préparent le plus beau des cadeaux.

dr

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 11:20

Ce sera donc le 30 mai, jour de la saint Ferdinand, que naîtra le nouveau parti qui succédera à l’UMP. Brassens avait écrit une chanson polissonne dans laquelle il fredonnait « quand je pense à Fernande, je bande, je bande… » mais j’ose l’avouer, la fête de Ferdinand du 30 mai prochain me laisse de marbre…

Nicolas Sarkozy avait promis qu’une fois élu à la présidence de l’UMP, il nettoierait tout, du sol au plafond ; L’affaire Bygmalion, l’opacité du fonctionnement financier du parti et ses propres démêlées avec la justice ont fait vite comprendre au néo président que le ménage devant âtre effectué surtout du sol aux bas-fonds, il devenait urgent de passer l’UMP par pertes et profits ( !) et de créer un nouveau parti. Ce sera chose faite  à la saint Ferdinand.

On peut faire confiance à Sarkozy aussi bien pour faire confectionner de nouveaux statuts de nature à favoriser sa candidature pour 2017 que pour utiliser toutes les recettes possibles pour échapper autant que faire se peut à la reprise du passif financier de l’UMP. Il sera intéressant de voir comment, sur le plan juridique et financier, sera dévolue la succession de feu UMP. On est curieux de voir quelles seront les circonvolutions sémantiques utilisées pour illustrer le fait qu’avant, c’était Copé et sa clique et qu’à la Saint Ferdinand, tout rentre dans le rang !

L’accouchement du 30 mai prochain recèle encore bien des mystères : On savait l’UMP enceinte, en sainte nitouche souvent même et dernièrement, en sainte ni-ni touche dans le domaine électoral. On sait depuis longtemps que ce parti n’a plus rien à voir avec le Gaullisme des années 60 mais le glissement programmatique vers l’extrême droite opéré depuis et par Sarkozy promet quelques débats internes à couteaux tirés. Selon le Littré, l’accouchement est aussi au sens figuré « la difficulté qu’on éprouve à dire une chose, à prendre un parti. » La porosité des frontières avec le FN qui concerne non seulement les électeurs de l’UMP mais aussi de plus en plus d’élus nous incite à penser que sur le plan des valeurs, de la charte et du programme futur du parti, l’accouchement du 30 mai pourrait bien nécessiter le recours à une césarienne ou l’utilisation des forceps.

En attendant, Sarkozy nous plonge dans un suspense quasiment insoutenable : le nom du futur enfant n’est pas encore choisi, « mais ce ne sera pas un sigle » ! La belle affaire ! Le roi de l’enfoncement des portes ouvertes a encore frappé ! Le sigle, comme le surnom, le diminutif ou le sobriquet viennent toujours s’ajouter et parfois se substituer à la longue au nom d’origine. Plus une marque, un parti, une organisation prend de place sur le plan médiatique et plus elle va être sujette à l’émergence d’un sigle, d’un abrégé qui va se substituer à son nom. Le Front national est devenu le FN mais le Front de gauche demeure le front de gauche. Il faut dire aussi ce dernier front est barré encore par tellement de rides héritées de l’illusion du grand soir qu’il n’incite pas forcément à croire à la promesse de lendemains qui chantent. Quoi qu’il en soit, sauf à prendre un nom tenant en un seul mot, le néo parti Sarkozyste n’échappera pas plus que d’autres à l’émergence d’un sigle, ce qui, au demeurant, est bien la dernière des préoccupations de l’ensemble des citoyens de ce pays.

De toute façon, du train où vont les choses, Sarkozy ferait mieux de faire l’économie des communiquants qui planchent sur un éventuel nom de baptême. Beaucoup de signes nous montrent que le sigle du nouveau parti sera proche de UMP-FN ou FN-UMP en attendant FNUMP, BERK ou POUAH !…

dr

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 14:12

Le chef d’escadrille de l’UMP fait à nouveau l’objet d’une énième information judiciaire. On se demande sous quel prétexte les juges tentent de s’en prendre au pauvre Nicolas Sarkozy qui, comble de malheur, ne cesse de dégringoler dans les sondages (il n’est pas le seul, c’est vrai). Cette fois-ci, les juges ont du mal à digérer le fait que le petit bonhomme ait pu voyager gratuitement trois fois, dans des avions généreusement mis à son entière disposition par son ami Stéphane Courbit, propriétaire desdits aéronefs. Coût de l’opération : 330 000 €uros seulement…

Le Courbit en question n’est pas lui-même totalement inconnu de la Justice puisque ce grand donateur de Sarkozy, spécialiste de la manche à air,  avait en son temps fait la manche lui-même avec succès auprès de la grande donatrice de Neuilly, Liliane B. Pour justifier la mise à disposition gratuite d’avions, ce qui, pour n’importe quelle entreprise, constituerait un abus de biens sociaux, Stéphane Courbit tente de faire valoir qu’à l’époque (fin 2012 et 2013), ces voyages étaient indispensables pour faciliter la création d’un fond d’investissement dans lequel, Sarkozy était lui-même impliqué… Evidemment, ce grand projet n’a jamais vu le jour et Sarkozy n’a pas pour autant déboursé un centime d’€uro pour des voyages qui lui ont permis, subsidiairement bien entendu, de faire ses courses avec Carla à New York et de donner une cirque-conférence payante à Abou Dhabi…

S’ajoute à cela le fait que d’autres avions de Stéphane Courbit semblent ne pas transporter que du beau ( ?) linge ! On y découvre parait-il dans les soutes, non pas du sucre en poudre, mais de la bonne cocaïne en provenance de la République Dominicaine… Aucun rapport avec Sarkozy, bien entendu et le fait que le troisième pilote de l’avion ait, dans son portable, le numéro personnel de Paul Bismuth (le faux), alias Nico, n’est qu’une coïncidence, tout comme la relation existant entre l’affréteur de l’avion rempli de sucre en poudre avec un des fils de Nico… Dans ce brouillard, les juges vont devoir déconnecter le pilote automatique et passer en pilotage manuel pour tenter d’y voir plus clair. Nul doute cependant que les passagers, les pilotes, les affréteurs et le propriétaire de ces avions avaient pris la précaution de prendre des parachutes avant de s’embarquer dans ces aventures. Ceci étant, si les parachutes sont de la même matière que celle du « fond d’investissement » mort-né, ils ont quelques soucis à se faire…

Rien à voir bien entendu : plusieurs drones ont survolé des lieux emblématiques de la capitale, cette semaine, dont la Tour Effel et l’Elysée… Les enquêteurs n’ont pas encore, à ce jour, identifié les responsables de ces vols. En ce qui concerne celui qui a survolé l’Elysée, il devrait être facile de le démasquer… Quel est à votre avis le seul homme politique assez petit pour rentrer dans un drone et survoler son ancienne habitation ?

Une chose est certaine en tous cas. Pour les électeurs UMP qui ne l’auraient pas encore compris, leur chef d’escadrille apparait chaque jour un peu plus comme un collectionneur de parachutes dorés pour qui, l’argent est la seule véritable préoccupation. Nul doute qu’il est passé depuis longtemps maître dans la recette du vol au vent financière…

dr

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 09:46

Pour calculer la circonférence du cercle, rien de plus simple si vous connaissez le rayon : vous le multipliez par deux puis par 3,1416. Vous obtenez un résultat mesuré en mètres, en centimètres, en kilomètres, bref en unités de longueur.

Le calcul d’une conférence pourrait donner un résultat mesurant par exemple les progrès de la réflexion chez les auditeurs du conférencier, le surplus d’intelligence du monde qui les entoure, obtenu grâce aux apports de la conférence.

Le calcul d’une cirque-conférence est plus au ras des pâquerettes et se mesure en €uros tombant dans la poche grande ouverte d’un conférencier sans scrupules, prétendant en connaitre un rayon du fait qu’il a le titre d’ancien Président de la République Française. La dernière cirque-conférence de Sarkozy l’impayable ( ?) s’est déroulée à Abou Dhabi devant un cercle restreint de 15 personnes et rémunérée 100 000 €uros. Le paradoxe de la cirque-conférence, c’est qu’elle ne vaut pas un rond mais qu’elle coûte très cher !

On n’arrive pas à imaginer que l’inénarrable lecteur de la princesse de Clèves ait pu enflammer son auditoire en dissertant sur la littérature moderne, pas plus que cet admirateur de la chanson murmurée n’ai convaincu en faisant l’apologie de la musique sérielle. Le thème de la dernière cirque-conférence portait-il alors sur « mes réussites économiques », « ma méthode pour lutter contre l’insécurité », « comment passer de la dictature à l’Etat Islamique en Libye », ou peut-être tout simplement, « comment justifier l’ingérence de Poutine en Ukraine » ?

Le silence est d’or et on ne sait et on ne saura peut-être jamais ce qu’a pu dire d’intéressant le très intéressé conférencier. Ce que l’on sait calculer en revanche, c’est le montant théorique que chacun des 15 auditeurs a dû payer pour écouter sa parole d’argent : très exactement 6 666,66 €uros par tête de pipe.

Ces 100 000 €uros facilement gagnés viennent s’ajouter aux centaines de milliers grappillés à l’occasion des cirque-conférences antérieures. Monsieur Sarkozy rentabilise son ancien mandat en commercialisant des pseudo-prestations qui ne sont finalement que des produits dérivés. Ces centaines de milliers d’€uros vont aussi se cumuler avec sa retraite d’ancien Président de la République et sa rémunération en qualité de membre du Conseil Constitutionnel, la mise à disposition gratuite d’un appartement de 310 mètres carrés au centre de Paris, un cabinet et des conseillers payés par l’Etat, les revenus des studios qu’il a acquis à Paris etc…  Monsieur Sarkozy se révèle avec ses cirque-conférences rémunérées comme LE Thénardier de la classe politique.

Ce qui est certain, c’est qu’avec cette dernière prestation chez les rois du pétrole, et malgré la chute vertigineuse du prix du baril, Monsieur Sarkozy restera finalement pour longtemps en panne de décence. Consolons-nous en nous disant que l’Histoire retient le nom des grands conférenciers mais qu’elle oubliera celui des petits cons faits rentiers.

dr

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 11:23

Mon cher Thierry,

J’espère que tu ne m’en voudras pas trop de te réveiller, toi qui sommeille en noir et blanc à l’INA depuis tant d’années. Mais si je prends cette liberté, c’est parce que je suis un peu énervé par le comportement de certains petits barons d’aujourd’hui, autoproclamés « frondeurs ». J’en choisis un presqu’au hasard : quasiment Solognot, comme toi, puisqu’il est député d’Indre et Loire, j’ai nommé Laurent Baumel.

Evidemment, on peut tous regretter qu’un gouvernement utilise l’arme lourde au calibre 49-3 pour faire passer un texte législatif mais de là à crier au déni de démocratie après 3 semaines de débat au Parlement et l’intégration dans le texte de plusieurs centaines d’amendement, il y a un pas franchi un peu trop facilement.

Je reviens à notre petit Laurent Baumel dont je lis qu’à la suite de Science-Po et un petit parcours de quelques années à la Banque de France, après quelques allers-retours au PS, puis chez Chevènement, puis dans l’ombre de DSK et Moscovici, il se fait parachuter à Ballan- Miré, petite commune de la banlieue de Tours où il est élu député en 2012 dans une circonscription tenue par la droite. A ce stade, il y a de sérieuses raisons de penser que notre petit utilisateur de lance-pierres doit d’abord son élection à la vague rose de 2012 et qu’il en aurait été différemment si des millions de citoyens ordinaires comme moi n’avaient pas élu François Hollande. Passons, ce n’est pas le seul. Notre frondeur du Val de Loire a trouvé un nouveau cheval de bataille avec la loi Macron qu’il estime « économiquement inutile et socialement porteuse de reculs", …. "On ne s'était jamais dit qu'un jour dans l'hémicycle, on voterait pour assouplir le travail du dimanche et fragiliser les droits des salariés »…

Outre que les études réalisées en amont du travail parlementaire infirment les propos du sieur Baumel sur le plan de l’utilité économique de la loi, on ne peut qu’être consterné de constater à quel point une certaine gauche continue à se draper dans la toge de l’orthodoxie soi-disant socialiste pour ignorer la réalité de la situation des jeunes, des chômeurs et des exclus de tous bords pour lesquels, trouver un emploi vaudrait bien le sacrifice de quelques dimanches, surtout si ce sacrifice est volontaire et mieux rémunéré qu’une journée ordinaire. Tous ces ayatollahs qui ne supportent pas l’idée de reformuler quelques articles du Code du Travail ne valent guère mieux que ces intégristes de tous poils qui n’ont pas le moindre recul par rapport aux versets de l’Evangile ou aux sourates du Coran ! Je connais quasiment 3 millions de Français qui préfèreraient avoir réellement l’usage d’un Code du Travail un peu plus léger plutôt que d’être chômeurs et se contenter de regarder un Code du travail naphtalinisé dans une vitrine à laquelle ils n’ont pas accès. C’est à se demander ce que notre parachuté d’Indre et Loire et ses camarades de jeux connaissent réellement de la situation réelle des chômeurs. Est-ce véritablement un drame national si certains commerces ouvrent quelques dimanches de plus dans l’année ? Que celui qui n’a jamais mangé de pain frais le dimanche matin jette le premier croissant à la face d’Emmanuel Macron ! Qui plus est, faire de la question du dimanche le point de blocage sur l’ensemble du texte est par ailleurs d’une mauvaise foi manifeste puisque bien d’autres dispositions de la loi doivent contribuer à améliorer l’économie. Mais là-dessus, le sieur Baumel est quasiment muet comme une carpe !

Et à propos de carpes mais également de lapins, constater que les députés du Front de Gauche vont s’allier à ceux du FN et de l’UMP pour tenter de renverser le gouvernement me laisse à mon tour sans voix…

Pour l’électeur ordinaire de gauche que je suis, voir le sieur Baumel et ses petits camarades manquer à l’élémentaire devoir de solidarité avec l’exécutif, après que le débat et le dialogue aient eu leur place, est tout simplement consternant.

En tous cas, si d’aventure, Laurent Baumel ou l’un de ses petits amis pseudo Thierry la Fronde envisageait de se faire parachuter sur ma circonscription, il vaut mieux qu’il sache dès aujourd’hui que je ne travaillerai pas pour lui un dimanche électoral et que mon isoloir personnel lui sera fermé.

Quant à toi, le vrai Thierry que j’ai osé réveiller, tu peux te rendormir tranquille, ces frondeurs-là ne te feront pas concurrence ; ce ne sont finalement que de bien pâles figurants.

dr

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 11:09

Les chefs de l’organisation de la « réclame » du Crédit Lyonnais, alias LCL, doivent s’en mordre les doigts ! Ils avaient inauguré une belle campagne de pub dans laquelle on voyait Gad Elmaleh sur une scène, confier à son public hilare : « je rêve de trouver une banque qui penserait à MES intérêts… » Ce morceau de bravoure payé 450 000 €uros (ça fait combien de conférences Sarkozy ? une ? deux ? trois? une demi-heure ?) prend aujourd’hui toute sa saveur avec les révélations du Monde qui nous apprend que l’amuseur avait bien trouvé la banque de ses rêves, HSBC en Suisse, dans laquelle il détenait un compte soigneusement caché au fisc…

Mais Gad Elmaleh est quand même un petit joueur ! Autre bateleur qui se retrouve sur la sellette médiatique, le dénommé Arthur. Il est certes beaucoup moins drôle que Gad Elmaleh mais sans doute bien plus riche. Mon petit doigt Patrick Cohen me souffle que ce philanthrope avait trouvé un bon moyen d’aider ses compatriotes nécessiteux en achetant la société « Coyote », qui commercialise un dispositif permettant d’échapper aux contrôles radar. Achetée 4 millions d’€uros en 2008, ladite société est revendue 12 millions en 2012, la plus-value échappant totalement au fisc puisqu’entre temps, notre Arthur avait créé une petite société au Luxembourg, afin d’y recevoir la menue monnaie issue de la revente. Le coyote avait bien identifié Bercy comme une « zone de danger » pour utiliser la métaphore en vigueur chez les possesseurs de coyote. Par ailleurs, sachant que les forces de l’ordre attribuent aux excès de vitesse 25% des accidents mortels sur les routes, je me dis que vendre des « coyotes », c’est un peu comme proposer des bouteilles de vodka à la sortie des Lycées en demandant aux élèves de ne pas y toucher ! Non seulement Monsieur Arthur vend un produit toxique, mais en plus il va planquer le bénéfice au Luxembourg ! Quelle belle leçon de morale nous donne cet exilé fiscal ! Cet Arthur-là n’a vraiment rien à voir avec l’autre Artur, prénommé José, qui savait écrire la vie avec élégance et qui va nous manquer…

 Que ce serait-il passé si Stéphane Tiki, patron des jeunes UMP dont on apprend aujourd’hui qu’il est sans-papiers avait été le patron des jeunes socialistes ? Claude Guéant l’aurait-il remis illico dans le premier avion en partance pour le Cameroun ? Qu’importe. Ici, à « la hune » on souhaite que ce garçon qui est en France depuis 10 ans et qui est manifestement bien intégré, soit naturalisé au plus vite. Il mérite aussi bien la citoyenneté Française que le plus stupide exilé fiscal. Mon petit doigt me dit cependant qu’il ne retrouverait sans doute pas son poste de chef des petits jeunes de la droite forte. Il se trompe, mon petit doigt ?

Les gros doigts pris dans la confiture, ce sont ceux de Copé et Sarkozy à propos de l’amende due par ce dernier et pris en charge par l’UMP. Le premier est mis en examen et le second est le bénéficiaire de l’opération, qui se trouve être le nouveau patron du parti qui a porté plainte dans cette affaire… Comprenne qui pourra mais notre conférencier à dix balles pourrait bien se retrouver avec les doigts coincés dans la porte, surtout si c’est Fillon qui lui tient ! Quoi qu’il en soit, la stratégie du « ni-ni » a porté ses fruits dimanche dernier dans le Doubs en permettant à une candidate particulièrement xénophobe du FN de réaliser un score spectaculaire. L’UMP a ainsi mis les doigts dans un engrenage dangereux pour les valeurs républicaines et qui va continuer à ouvrir les digues entre ce parti et l’extrême-droite. L’électorat de ces partis va appliquer de plus en plus le principe des vases communiquant et il faudra beaucoup de courage et d’abnégation aux véritables républicains de droite pour faire entendre leur voix.

Bien entendu, l’élection du Doubs ne comportait pas d’enjeu au plan national et il serait hasardeux d’affirmer que les électeurs de 2017 auraient la même attitude, la question de l’appartenance ou non de la France à la zone Euro pouvant alors influer considérablement sur les choix dans l’isoloir. Néanmoins, cette élection du Doubs est le thermomètre qui indique la gravité de la maladie qui nous menace. Mais à ce stade, mon petit doigt n’a pas vocation à être le thermomètre à l’usage d’électeurs ne sachant pas faire la différence entre le fait de haïr et celui d’élire.

dr

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 11:41

Selon les médias, en prônant la doctrine ponce-pilatienne d’un « ni-ni bis » pour le 2ème tour de l’élection législative partielle du Doubs, Nicolas Sarkozy aurait essuyé un véritable camouflet de la part de son bureau politique… Est-ce si sûr ? Le mouflet de l’UMP n’est pas un enfant de chœur et il a souvent montré qu’il savait tirer parti de bien des types de mésaventures, qu’elles soient politiques, médiatiques ou judiciaires.

Toujours est-il que le département du Doubs a rarement été autant à l’honneur que cette semaine. Les électeurs ont eu droit à une visite ministérielle (Cazeneuve), à celle du numéro 2 du FN (Philippot) et même à celle du Président de l’UMP… sauf qu’apparemment, ce dernier s’était trompé d’itinéraire et avait atterri à Abu Dhabi le lundi 3 février, en profitant pour y donner une conférence grassement rémunérée et dont le sujet aurait certainement passionné l’électeur moyen d’Etupes ou d’Audincourt…

Une chose est sûre, c’est que notre mouflet ne fait pas grand cas de ces électeurs. Ce qui l’intéressait sans doute, c’était que la 4ème circonscription du Doubs pouvait préfigurer le cas de figure éventuel du 2ème tour de l’élection présidentielle de 2017, à savoir, élimination de la gauche au 1er tour et duel FN-UMP au second. Pas de chance, l’abstention, (n’en déplaise d’ailleurs au PS) a été le parti vainqueur et a éliminé l’UMP. Quelques grandes voix de l’UMP ont alors clairement annoncé leurs positionnements personnels, ce qui a obligé Sarkozy, grand spécialiste du marquage de ses concurrents à la culotte, à présenter un « ni-ni » amendé légèrement anti FN, afin de ne pas trop s’éloigner de Juppé et des centristes. La cacophonie qui s’en est suivie sera assez vite oubliée par les médias après le second tour et la stratégie de Sarkozy demeurera la même à savoir, tenir un discours très droitier sur le fond et anti FN sur la forme, afin de faire le plein des électeurs réactionnaires de l’UMP qui sont majoritaires, obtenir ainsi l’investiture du parti et se retrouver seul face à Marraine Lapine au second tour en 2017… sans oublier de diaboliser cette dernière le moment venu afin d’encaisser les dividendes.

C’est grossier, mais ça peut fonctionner. Et à ce moment-là, il sera bien loin des mémoires médiatiques, le camouflet.

Tous ces ronds de jambes du mouflet pour séduire les clients de la droite extrême, ces discours à géométrie variable, ces clins d’œil appuyés, ces allées et venues sur le trottoir électoral, pour tenter de s’attirer les faveurs de quelques électeurs du FN… Tout cela me fait penser, en plein procès du Carlton, que le débauchage a la même racine que la débauche et que Madame Marine n’aura sans doute aucune envie de fricoter avec un quelconque Nico la saumure…

dr

Repost 0
Published by lahune - dans politique
commenter cet article

Présentation

  • : LA HUNE
  • LA HUNE
  • : humeurs, bonnes ou mauvaises, mais à consommer sans modération!
  • Contact

Profil

  • lahune

Abonnement

Abonnez vous en cliquant sur l'espace "Abonnement" situé en bas à droite

Faites connaître à voscontacts et invitez les à nous rejoindre

Recherche

La Hune, pourquoi ?

La hune, sur les anciens navires, c’était la petite plate-forme située en haut du mât sur laquelle on envoyait un matelot pour surveiller la mer, les autres bateaux, voir s’il y avait des récifs… aujourd’hui, alors que les nuages de la crise économique ne cessent d’inquiéter, alors que celui qui a été élu capitaine du vaisseau « France » et ses courtisans semblent plus doués pour faire du vent plutôt que de s’occuper à rendre un peu moins pénibles les conditions dans lesquelles rame un équipage qui pourtant, avait souhaité atteindre de nouveaux horizons… disposer d’une modeste hune supplémentaire ne saurait faire de mal ; c’est la petite finalité d’un ènième blog comme celui-ci.

 

La hune, c’est aussi la « une » des journaux écrits, radios et télévisions, avec un « h » en plus… un h, parfois peut être aussi une hache, non pour pourfendre les journalistes qui dans leur ensemble font leur travail avec beaucoup de conscience, mais de temps en temps, pour rappeler que la médiatisation outrancière de l’information, sa mise en scène à grands coups de paillettes au mépris de règles élémentaires de ce qui doit être prioritaire, doivent être dénoncées comme la vigie le faisait du haut de la hune pour indiquer un danger.

 

Enfin, dans la pénombre dans laquelle nous tentons de nous diriger, on peut caresser le rêve que grâce à tous ceux qui apporteront leur contribution, la hune sera là de temps en temps pour donner un peu plus de clarté « hunaire » au milieu de la nuit dans laquelle voudraient nous laisser dormir des femmes et des hommes politiques de tous bords…

 

A vos plumes, mille sabords !

Bonnes Feuilles ...

Catégories

Les Copains D'abord